Retrouvez les candidats de la liste, soutenue par Génération climat, Ensemble !, LFI et le PCF

1 | Les chefs de file Génération Climat, Ensemble !, France insoumise et Parti communiste français
Gabriel Amard
La France insoumise

Gabriel Amard

Il est directeur du formateur des Collectivités depuis 2007. Marié 3 enfants.
Originaire par sa famille maternelle du Dauphiné (Lyon et Vertrieu), il fut d’abord plus jeune maire de France en 1995 à Viry-Châtillon en Essonne. Il a consacré ces 25 dernières années à l’éducation populaire politique et à la transmission des savoirs et des expériences dans l’exercice de ses mandats électifs ou en tant que formateur.

Cofondateur du parti de gauche, de la gauche par l’exemple puis de la France insoumise il n’aura de cesse de privilégier le combat associatif et politique en faveur d’une gestion publique, écologique et citoyenne de l’eau. En tant que président d’agglomération, il animera un processus de gestion publique en sortant la gestion de l’eau des griffes de la multinationale Veolia. Il est aujourd’hui co-président d’une association nationale d’usagers de l’eau. Dans son travail comme dans ses engagements bénévoles il privilégie l’éducation populaire politique, la coopération. Transformer la colère des dégoûtés de la politique en paroles légitimes est son maître mot. Faire émerger des solutions par l’intelligence collective pour construire, décider et évaluer les politiques publiques est sa méthode.

Petit-fils de la présidente-fondatrice de la société Dante Alighieri à Lyon, il parle Italien couramment et parmi ses nombreux essais et ouvrages sur l’eau et les lobbys, ses travaux sur Les lobbys à Bruxelles ont été édités en France et en Italie. Il est aussi à titre bénévole directeur de la publication du journal de l’insoumission et co-animateur de l’Espace élus et contre-pouvoirs de la France insoumise. Il milite pour la redistribution des impôts par des droits inconditionnels et la gratuité des services publics.

Gabriel Amard dirige la Revue des collectivités et le formateur des collectivités, association de formation des élus locaux présidée par Tony Bernard maire de Châteldon ( Puy-de-Dôme ).

Faire de la région, une région exemplaire en matière d’économie sociale et solidaire, en terme d’accès aux services publics de proximité, de relocalisation de l’activité en prenant en compte le dérèglement climatique et l’indispensable sauvegarde de la biodiversité sont ses priorités.

Matteo Vicente
Génération Climat

Matteo Vicente

19 ans - Drôme
Après avoir porté les marches pour le climat dans la Drôme, d’où je suis originaire, j’ai cofondé et préside aujourd’hui le jeune mouvement Génération climat issu des lycéen.ne.s et étudiant.e.s de la région voulant, qu’au-delà de la protestation, les luttes de la jeunesse et du climat aient une représentation politique. Je suis étudiant en licence de Sciences humaines appliquées à l’Université de Grenoble. Mon identité militante : la jeunesse, l’écologie et la cause animale.

Depuis 2014, je milite dans l’association L214, car il est devenu plus qu’une nécessité de revoir le lien que nous entretenons avec le monde animal non-humain. Il nous faut réduire notre consommation de viande et sortir de l’élevage intensif. Je porte la mise en place d’une alternative végétale dans les cantines de nos lycées, une demande grandissante des lycéen.ne.s qui souhaitent réduire leur consommation de viande pour l’écologie et les animaux.

Je lance, avec un collectif, une antenne de Youth for Climate à Valence en 2019 et ce sont des milliers de lycéen.ne.s et d’étudiant.e.s qui répondent à nos marches pour le climat. Je porte cette voix d’une jeunesse inquiète pour son avenir, demandant une bifurcation écologique d’urgence pour créer une société résiliente et décarbonée. Je souhaite enfin faire entendre le cri d’alarme des milliers d’étudiant.e.s de notre région, touchés de plein fouet par la crise sanitaire et de répondre que nous serons à leurs côtés.

En janvier 2020, je suis candidat aux élections municipales de Grenoble au sein de la liste transpartisane d’Eric Piolle.
-
« Ensemble pour notre région » avec Cécile Cukierman, c’est la liste de nos valeurs, celles du monde de demain.

Magali Romaggi
La France insoumise

Magali Romaggi

Originaire de Lyon, où j’ai fait mes études, je vis et travaille à Annecy depuis huit ans. Je suis enseignante de lettres classiques. Mes engagements syndicaux et politiques s’enracinent dans la ferme conviction qu’il nous est possible d’œuvrer pour le bien commun.

Enseignante et syndiquée, je désire améliorer les conditions de travail des personnels ainsi que les conditions d’apprentissage des élèves, en particulier dans les lycées de notre région.

Par ailleurs, ce n’est que dans le libre accès à l’enseignement supérieur que peut résider le socle de l’égalité républicaine pour l’émancipation du citoyen. C’est pourquoi il est primordial de ne pas céder au chant des sirènes du privé (entre autres, l’université catholique d’Annecy nouvellement ouverte en cette rentrée 2020 ou encore l’IDEX à Lyon).

Enfin, il est inconcevable que l’activité touristique se fasse au détriment de l’écologie. Il est nécessaire d’entreprendre une réflexion de fond sur ce sujet et d’apporter des solutions pérennes pour une région aussi attractive que la nôtre.

Engagée à la France Insoumise avant la présidentielle, j’ai été candidate aux législatives en 2017 dans la 2ème circonscription de Haute-Savoie. Je continue de mener le combat à Annecy en tant que co-animatrice d’un groupe d’actions. Pour notre campagne des régionales, j’aurai à cœur de rassembler autour des valeurs fondatrices d’un avenir en commun que sont l’écologie, la démocratie et la solidarité.

Samantha Rose
Génération Climat

Samantha Rose

30 ans - Drôme
Animaliste, féministe, écologiste ou encore anti-panurgiste, j'essaie d'orienter mes décisions et actions au service d'un futur qui me semble souhaitable. Incarner au mieux nos valeurs et notre vision de la vie me paraît essentiel. Politiquement animaliste de prime abord, j'ai décidé de rejoindre Génération Climat, un jeune mouvement dont la vision aura selon moi un impact quotidien positif.

Valentinoise, issue d'un parcours professionnel orienté conduite du changement et intrapreneuriat, mon dernier poste de DRH ne m'a pas donné satisfaction et m'oriente désormais vers la régulation de dysfonctionnements organisationnels.

Animaliste, féministe, écologiste ou encore anti-panurgiste, j'essaie d'orienter mes décisions et actions au service d'un futur qui me semble souhaitable. Incarner au mieux nos valeurs et notre vision de la vie me paraît essentiel. Politiquement animaliste de prime abord, j'ai décidé de rejoindre Génération Climat, un jeune mouvement dont la vision aura selon moi un impact quotidien positif.

Boris Bouchet
Parti Communiste

Boris Bouchet

41 ans
Issu d’une famille de militants syndicaux et politiques, dès son plus jeune âge, il a baigné dans les mobilisations, manifs et autres meetings. Des campagnes pour la libération de Mandela aux campagnes électorales du PCF, c’est dans les pas de ses parents et de leurs camarades qu’il grandit dans l’odeur des brins de muguet le 1er mai et des soirées pliage de tracts devant la télévision.

Né le 9 juin 1980, Boris Bouchet est marié et père d’un enfant.
Issu d’une famille de militants syndicaux et politiques, dès son plus jeune âge, il a baigné dans les mobilisations, manifs et autres meetings. Des campagnes pour la libération de Mandela aux campagnes électorales du PCF, c’est dans les pas de ses parents et de leurs camarades qu’il grandit dans l’odeur des brins de muguet le 1er mai et des soirées pliage de tracts devant la télévision.
A son entrée à l’Université, à Clermont-Ferrand, il s’engage dans le militantisme syndical à l’UNEF dont il deviendra président en 1999. Des batailles pour la démocratisation de l’Enseignement supérieur, à l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiantes et étudiants, il se frotte aux débats des AG étudiantes et à l’apprentissage concret du militantisme au porte-à-porte des Cités U clermontoises, tout en obtenant une licence de biologie.
Il adhère rapidement au Mouvement des Jeunes Communistes puis au PCF, conscient que tous les choix qu’il conteste sont issues de décisions politiques.
En 2005, tout en militant contre le Traité Constitutionnel Européen, il devient professeur des écoles donnant un prolongement professionnel à son attachement au service public d’Education.
Pendant plusieurs années, il va d’école en école, de la montagne thiernoise aux quartiers populaires de Clermont pour s’installer en 2012 dans sa classe de CM2 à Combronde où il enseigne toujours.
En 2014, il devient conseiller municipal de Riom et l’année suivante Conseiller Régional en déclarant « Il y aura donc du Rouge dans l’assemblée régionale et pas seulement sur la parka de Laurent Wauquiez ! » Durant ce mandat régional, il s’efforce de faire entrer la voix des salariés dans l’assemblée régionale en relayant les luttes des salariés de la Seita, de Michelin, d’Aubert et Duval, de MSD ou de Diétal. Siégeant, dans les commissions lycée, culture et sport de la Région, il porte une vision émancipatrice des politiques publiques dans les domaines éducatif, culturel et sportif. En 2020, il mène une liste aux élections municipales de Riom qui obtient près de 20% au 1er tour. En 2021, Boris Bouchet est désigné tête de liste pour le Puy-de-Dôme, de la liste conduite par Cécile Cukierman « Ensemble pour notre région ».
Sa dernière fierté, avoir fait voter à l’unanimité lors de la dernière session du Conseil Régional un vœu de soutien aux salariés de l’équipementier automobile Flauraud exigeant que le grand groupe auquel appartient cette société rende public ses comptes suisses répondant ainsi à l’injonction de l’inspection du travail.
Jérémy Martinez
Ensemble !

Jérémy Martinez

50 ans - Loire-sur-Rhône
Militant à ENSEMBLE!, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire
-
Après une formation universitaire en sciences naturelles, j’ai intégré la fonction publique territoriale comme ingénieur expert en environnement et en déplacements. Père de deux garçons, j’ai depuis peu créé mon entreprise d’artisan photographe. Militant depuis ma jeunesse estudiantine, j’ai exercé des responsabilités dans différentes formations syndicales, associatives et politiques : je définirais mon engagement sous la double identité d’écologiste et de marxiste.

Notre région est riche de potentialités pour un avenir meilleur, mais elle nécessite un changement politique à sa tête pour pouvoir les exprimer : c’est pour cela que je propose ma candidature, afin de ne plus opposer « fin du mois » et « fin du monde ».
-
« Justice sociale et justice climatique : voici les objectifs à imposer à chacune de nos actions. »
2 | Les candidats des sections départementales

1 • RICHARD Guy 2 • Alibert Chloé 3 • PETIOT Frédéric 4 • MERET Eliane 5 • CARRIE Jullian 6 • CHAUMET Michelle 7 • BOUSSET Xavier 8 • RIOU Nicole

Guy Richard
La France insoumise

Guy richard

54 ans.
Originaire d’Antibes, il vient en vacances dans le Livradois. Sensibilisé à l’écologie par son père, il adhère en 1979 à Greenpeace. Adulte, il retrouve le monde rural, il complète ses études de commerce par une formation agricole. Une maladie l’handicape durant des années. Aujourd’hui il a un projet de recyclerie locale diversifiée.

Il a deux enfants : une étudiante de 20 ans et un écolier de 8 ans.
Il a exercé dans différents domaines : agriculture, commerce, bâtiment, restauration.

Originaire d’Antibes, il vient en vacances dans le Livradois. Sensibilisé à l’écologie par son père, il adhère en 1979 à Greenpeace. Adulte, il retrouve le monde rural, il complète ses études de commerce par une formation agricole. Une maladie l’handicape durant des années. Aujourd’hui il a un projet de recyclerie locale diversifiée.

Xavier Bousset
Parti Communiste

Xavier Bousset

Né dans le puy de Dôme au pied de volcan, vit en Haute Loire depuis plus de 20 ans, salarié à la SNCF.
Elu à la commune de Lempdes sur Allagnon , maire Adj.
Elu au CSE (Comité Social et Economique) à SNCF Réseau ZP SudEst
Secrétaire général CGT Cheminot(e)s Haute-Loire et membre du Secteur fédéral Auvergne-Nivernais

Né dans le puy de Dôme au pied de volcan, vit en Haute Loire depuis plus de 20 ans, salarié à la SNCF.
Elu à la commune de Lempdes sur Allagnon , maire Adj.
Elu au CSE (Comité Social et Economique) à SNCF Réseau ZP SudEst
Secrétaire général CGT Cheminot(e)s Haute-Loire et membre du Secteur fédéral Auvergne-Nivernais
Chloé Alibert
Parti Communiste

Chloé Alibert

25 ans - Le Puy-en-Velay
Ponote de 25 ans, mère de 2 enfants et salariée dans la formation numérique (secteur privé)
Membre du parti communiste français Fédération Haute-Loire
Secteur Communication & environnement
Syndicaliste et militante féministe

Ponote de 25 ans, mère de 2 enfants et salariée dans la formation numérique (secteur privé)
Membre du parti communiste français Fédération Haute-Loire
Secteur Communication & environnement
Syndicaliste et militante féministe
Eliane Meret
Parti Communiste

Eliane Meret

Éliane Meret, 68 ans, 2 enfants, retraitée de la fonction publique d’état. Elle y travaille des PTT à Orange durant 43 années. Aînée d’une famille de 8 enfants, elle développe son sens des responsabilités, syndiquée à 17 ans, engagée politiquement dès 25 ans, elle milite auprès d’Attac dès sa création. Passionnée de littérature historique et humaniste elle lutte contre les violences du management moderne. Les randonnées en haute montagne sont son refuge, la défense de l’humain est son combat.

Éliane Meret, 68 ans, 2 enfants, retraitée de la fonction publique d’état. Elle y travaille des PTT à Orange durant 43 années. Aînée d’une famille de 8 enfants, elle développe son sens des responsabilités, syndiquée à 17 ans, engagée politiquement dès 25 ans, elle milite auprès d’Attac dès sa création. Passionnée de littérature historique et humaniste elle lutte contre les violences du management moderne. Les randonnées en haute montagne sont son refuge, la défense de l’humain est son combat.
Frédéric Petiot
Parti Communiste

Frédéric Petiot

30 ans - Monistrol-sur-Loire
Mon engagement dans cette campagne régionale est de mettre l'humain au cœur de notre projet, d'avoir un projet écologique concret, de lutter contre les inégalités sociales et de redonner un service public de qualité à notre population. La liste « ensemble pour notre région avec Cécile CUKIERMAN » est la liste pour la justice sociale, la justice écologique.

né à Saint-Priest-en -arez dans le département de la Loire, vis à Monistrol en Haute-Loire, diplômé d'un BEPA Travaux Paysagés et d'un BP Travaux Paysagers formation de 4 ans.
J'ai travaillé dans le secteur privé pendant 4 ans, aujourd'hui Agent Territorial sur le bassin stéphanois depuis 2015. Je suis également délégué syndical dans ma collectivité siégeant sur plusieurs mandats. Mon engagement dans cette campagne régionale est de mettre l'humain au cœur de notre projet, d'avoir un projet écologique concret, de lutter contre les inégalités sociales et de redonner un service public de qualité à notre population. La liste « ensemble pour notre région avec Cécile CUKIERMAN » est la liste pour la justice sociale, la justice écologique.
Michelle Chaumet
Parti Communiste

Michelle Chaumet

Engagée au parti communiste, porteuse des valeurs sociales anticapitalistes et écologiques.
Elue d'opposition au Puy en Velay depuis 2020, Puis très impliquée à titre syndical pour la défense des travailleurs, je les accompagne comme conseillère du salarié pour faire respecter leurs droits.
Administratrice de la CAF Haute Loire et très attachée à la sécurité sociale socle d'équité pour tous

Engagée au parti communiste, porteuse des valeurs sociales anticapitalistes et écologiques.
Elue d'opposition au Puy en Velay depuis 2020, Puis très impliquée à titre syndical pour la défense des travailleurs, je les accompagne comme conseillère du salarié pour faire respecter leurs droits.
Administratrice de la CAF Haute Loire et très attachée à la sécurité sociale socle d'équité pour tous.

1 • BOUCHET  Boris 2 • DALET  Caroline 3 • BIDET  Alain 4 • PRIEUX Nicole 5 • PAULIAC  Julien 6 • RISS Faustine 7 • IMBERDIS  Benoît 8 • JEULAND  Cynthia 9 • BERT Richard 10 • DOUAY  Louise 11 • ULRICH  François 12 • MEQUIGNON  Christine 13 • VIALLET Christian 14 • SCHLIENGER  Laurence 15 • CORDIER  Léonard 16 • DEAT  Clara 17 • BOURDUGE  Luc 18 • MAXIMI  Marianne 19 • BAGES Michel

Parti Communiste

Boris Bouchet

41 ans
Issu d’une famille de militants syndicaux et politiques, dès son plus jeune âge, il a baigné dans les mobilisations, manifs et autres meetings. Des campagnes pour la libération de Mandela aux campagnes électorales du PCF, c’est dans les pas de ses parents et de leurs camarades qu’il grandit dans l’odeur des brins de muguet le 1er mai et des soirées pliage de tracts devant la télévision.

Né le 9 juin 1980, Boris Bouchet est marié et père d’un enfant.
Issu d’une famille de militants syndicaux et politiques, dès son plus jeune âge, il a baigné dans les mobilisations, manifs et autres meetings. Des campagnes pour la libération de Mandela aux campagnes électorales du PCF, c’est dans les pas de ses parents et de leurs camarades qu’il grandit dans l’odeur des brins de muguet le 1er mai et des soirées pliage de tracts devant la télévision.
A son entrée à l’Université, à Clermont-Ferrand, il s’engage dans le militantisme syndical à l’UNEF dont il deviendra président en 1999. Des batailles pour la démocratisation de l’Enseignement supérieur, à l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiantes et étudiants, il se frotte aux débats des AG étudiantes et à l’apprentissage concret du militantisme au porte-à-porte des Cités U clermontoises, tout en obtenant une licence de biologie.
Il adhère rapidement au Mouvement des Jeunes Communistes puis au PCF, conscient que tous les choix qu’il conteste sont issues de décisions politiques.
En 2005, tout en militant contre le Traité Constitutionnel Européen, il devient professeur des écoles donnant un prolongement professionnel à son attachement au service public d’Education.
Pendant plusieurs années, il va d’école en école, de la montagne thiernoise aux quartiers populaires de Clermont pour s’installer en 2012 dans sa classe de CM2 à Combronde où il enseigne toujours.
En 2014, il devient conseiller municipal de Riom et l’année suivante Conseiller Régional en déclarant « Il y aura donc du Rouge dans l’assemblée régionale et pas seulement sur la parka de Laurent Wauquiez ! » Durant ce mandat régional, il s’efforce de faire entrer la voix des salariés dans l’assemblée régionale en relayant les luttes des salariés de la Seita, de Michelin, d’Aubert et Duval, de MSD ou de Diétal. Siégeant, dans les commissions lycée, culture et sport de la Région, il porte une vision émancipatrice des politiques publiques dans les domaines éducatif, culturel et sportif. En 2020, il mène une liste aux élections municipales de Riom qui obtient près de 20% au 1er tour. En 2021, Boris Bouchet est désigné tête de liste pour le Puy-de-Dôme, de la liste conduite par Cécile Cukierman « Ensemble pour notre région ».
Sa dernière fierté, avoir fait voter à l’unanimité lors de la dernière session du Conseil Régional un vœu de soutien aux salariés de l’équipementier automobile Flauraud exigeant que le grand groupe auquel appartient cette société rende public ses comptes suisses répondant ainsi à l’injonction de l’inspection du travail.
Nicole Prieux
Parti Communiste

Nicole Prieux

63 ans, retraitée de la fonction publique d’État, Clermont-Ferrand.
Fille d'un père ouvrier non militant et d'une mère femme de ménage, elle habite Clermont-Ferrand depuis toujours. Elle grandit entre les cités Bergougnan et les HLM de la Glacière. Au tout début de son activité professionnelle commencée à 19 ans, et après un licenciement abusif, elle s’engage au PCF et à la CGT afin de défendre le respect des droits des travailleur·euse·s, l’émancipation de toutes et tous et le développement de services publics égalitaires.

63 ans, retraitée de la fonction publique d’État, Clermont-Ferrand.
Fille d'un père ouvrier non militant et d'une mère femme de ménage, elle habite Clermont-Ferrand depuis toujours. Elle grandit entre les cités Bergougnan et les HLM de la Glacière. Au tout début de son activité professionnelle commencée à 19 ans, et après un licenciement abusif, elle s’engage au PCF et à la CGT afin de défendre le respect des droits des travailleur·euse·s, l’émancipation de toutes et tous et le développement de services publics égalitaires.
Après un congé parental de 3 ans, elle doit se battre pour retrouver son poste de fonctionnaire à Clermont-Ferrand. Elle bénéficie de l’aide de ses collègues et de l’appui de la Secrétaire d’État aux droits des femmes.
Elle est de toutes les batailles menées par le PCF dans le Puy-de-Dôme : pour la libération de Nelson Mandela, pour l'égalité entre femmes et hommes, contre le Traité Constitutionnel Européen, contre la réforme des retraites et l’externalisation des services publics.
En 2014, elle s’engage pour un mandat municipal à Clermont-Ferrand, comme conseillère déléguée au tourisme et à la culture. Également élue à la métropole, elle s’intéresse à la gestion des déchets ménagers, la politique territoriale du tourisme, l’amélioration de accès à la culture et milite, aux côtés de ses camarades communistes, pour la gratuité des transports et leur développement sur le territoire métropolitain.
Sensible aux différentes formes que revêt l'injustice, elle siège dans plusieurs commissions paritaires pour accompagner humainement les agent·e·s en difficulté de santé. Elle soutient aussi les actions en faveur d’un meilleur accueil des migrant·e·s en marrainant une famille, convaincue qu’un monde en paix se construit avec le progrès social et la liberté de circulation de toutes et tous.
La solidarité et le partage sont les valeurs qui l’animent. Ainsi, elle s’attache à valoriser l’être humain dans les projets. À l’écoute des autres, elle est convaincue que le progrès social ne se conquiert que collectivement.
La devise du PCF « l’humain d’abord » guide son engagement politique. C’est pourquoi la défense des services publics est au cœur de ses préoccupations.
Benoit Imberdis

Benoit Imberdis

22 ans, étudiant, Ambert
Issu d’une famille d’ouvrier·ère·s et de paysan·ne·s, il a grandi dans la région d’Ambert, région rurale à l’est du Puy-de-Dôme. Il se sensibilise très jeune aux problèmes sociaux rencontrés par les gens vivant en milieu rural, comme la destruction des services publics ou l’absence de perspectives pour la jeunesse.

22 ans, étudiant, Ambert
Issu d’une famille d’ouvrier·ère·s et de paysan·ne·s, il a grandi dans la région d’Ambert, région rurale à l’est du Puy-de-Dôme. Il se sensibilise très jeune aux problèmes sociaux rencontrés par les gens vivant en milieu rural, comme la destruction des services publics ou l’absence de perspectives pour la jeunesse. Révolté par la mise en place de la déchéance de nationalité et par la loi travail d’El-Khomri passée en force par le gouvernement Valls, il se syndique à l’UNEF Auvergne en septembre 2016, lors de son arrivée à l’Université Blaise Pascal (Clermont II). Membre actif, il en est Secrétaire Général de janvier 2019 à octobre 2020. Dans ce cadre syndical, il mène de nombreuses luttes contre la libéralisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, notamment contre la mise en place de la sélection à l’entrée de l’Université, la hausse des frais d’inscription pour les étudiant·e·s étrangèr·e·s extra-européen·ne·s, la Loi de Programmation de la Recherche ou encore la mise en place de l’Établissement Public Expérimental. Il lutte également pour l’amélioration des conditions matérielles d’existence des étudiant·e·s en participant aux nombreuses mobilisations contre la précarité étudiante. Et il participe aussi à de nombreuses mobilisations en dehors de l’Université, comme la lutte contre la réforme des retraites, les luttes féministes et pour les droits des personnes LGBTI, ou encore sur les camps de migrant·e·s, notamment #ClermontFacSolidaire en octobre 2017. Engagé dans la France Insoumise depuis 2017, il participe à la campagne présidentielle de 2017, ainsi qu’aux élections législatives de la première circonscription du Puy-de-Dôme pour Alain Lafont, aux élections européennes de 2019, et aux municipales de 2020 pour Clermont en Commun.
Il fait le choix de s’engager sur la liste régionale en 2021 pour porter la voix de la jeunesse et du monde rural, et pour avancer vers l’égalité des droits pour tou·te·s.
Louise Douay

Louise Douay

étudiante, Clermont-Ferrand
C’est de la mobilisation pour la défense du Code du travail que date son engagement militant, autrement dit pendant le quinquennat de François Hollande et alors qu’Manu n'est encore que son ministre de l'économie. Aujourd’hui, elle poursuit ses études en parallèle d’un mandat syndical. Son engagement a pris différentes formes car elle s’implique pour des causes variées : la défense du service public de l’enseignement supérieur et des droits des étudiant·e·s, les marches pour le climat, les luttes pour l'égalité entre les femmes et les hommes et contre des conditions de vie de plus en plus difficiles dans notre pays. Des combats qui trouvent leur prolongement dans la campagne des élections régionales, une occasion de plus de relayer la parole et défendre les intérêts de celles et ceux que l'on n'entend pas !

étudiante, Clermont-Ferrand
C’est de la mobilisation pour la défense du Code du travail que date son engagement militant, autrement dit pendant le quinquennat de François Hollande et alors qu’Manu n'est encore que son ministre de l'économie. Aujourd’hui, elle poursuit ses études en parallèle d’un mandat syndical. Son engagement a pris différentes formes car elle s’implique pour des causes variées : la défense du service public de l’enseignement supérieur et des droits des étudiant·e·s, les marches pour le climat, les luttes pour l'égalité entre les femmes et les hommes et contre des conditions de vie de plus en plus difficiles dans notre pays. Des combats qui trouvent leur prolongement dans la campagne des élections régionales, une occasion de plus de relayer la parole et défendre les intérêts de celles et ceux que l'on n'entend pas !
Christian Viallet

Christian Viallet

69 ans, retraité de Constellium, Issoire
Il a passé la majeure partie de sa carrière professionnelle à Issoire, où il a assumé des responsabilités syndicales.

69 ans, retraité de Constellium, Issoire
Il a passé la majeure partie de sa carrière professionnelle à Issoire, où il a assumé des responsabilités syndicales.
Passionné de sport, et plus particulièrement de rugby, il s’est investi dans le club de Sainte-Florine pendant de longues années.
Épris de liberté et soucieux d’égalité, il œuvre au sein du comité de soutien aux réfugié·e·s du bassin minier, venant ainsi en aide à plusieurs familles en grande difficulté.
Depuis toujours, l’humain est au cœur de ses préoccupations et guide ses combats pour une société de progrès et de justice sociale.
Clara Deat

Clara Deat

24 ans, diplômée en Droit et Relations Internationales, Aubière
Après avoir validé en parallèle une licence en droit public et un diplôme universitaire en droit américain à l'Université de Clermont-Ferrand (UCA), son intérêt pour les problématiques publiques et les relations internationales la pousse à s'engager dans un master alliant ces deux domaines.

24 ans, diplômée en Droit et Relations Internationales, Aubière
Après avoir validé en parallèle une licence en droit public et un diplôme universitaire en droit américain à l'Université de Clermont-Ferrand (UCA), son intérêt pour les problématiques publiques et les relations internationales la pousse à s'engager dans un master alliant ces deux domaines.
Souhaitant par ailleurs s'impliquer dans le monde associatif, elle se spécialise en droit des migrations et des réfugié·e·s, et s'investit à la Clinique des droits de Clermont-Ferrand afin d'accompagner les personnes de nationalité étrangère qui font face à des difficultés juridiques ou administratives dans l'accès à leurs droits.
Depuis toute jeune, elle est de toutes les campagnes électorales et manifestations. C'est avec cette fibre militante qu'elle s'engage au PCF, convaincue de la nécessité de lutter contre les inégalités, et de lutter pour construire une société plus respectueuse des droits de toutes et tous.
En 2020, lors de sa deuxième année de master, elle cofonde l'OSEEM, un observatoire d'étude et de recherche visant à analyser les variations au sein de l'espace stratégique européen à travers des thématiques géopolitique, sociétale et environnementale. Elle en devient coordinatrice générale en 2021 et décide d’en faire une véritable association, afin de faire grandir et perdurer ce projet.
Michel Bages

Michel Bages

60 ans, retraité Michelin, Riom
Conseiller municipal de Riom et délégué intercommunal de Riom Limagne et Volcans, il est membre de la commission Qualité de vie et Animation.

60 ans, retraité Michelin, Riom
Conseiller municipal de Riom et délégué intercommunal de Riom Limagne et Volcans, il est membre de la commission Qualité de vie et Animation.
Mobilisé contre toutes les formes d'inégalités, il défend les minorités en souffrance, en particulier dans son action syndicale de conseiller des salarié·e·s à Solidaires Auvergne.
Comme bénévole dans une recyclerie, il s'investit pour un maillage associatif fort et générateur de lien social.
Il est également très engagé dans différents clubs sportifs auprès des jeunes : football, volleyball et tennis de table.
Pour œuvrer concrètement à accompagner les personnes en difficulté et trouver des solutions politiques aux inégalités sociales et économiques, il a décidé de s'engager auprès de Cécile Cukierman avec des candidat·e·s de La France Insoumise, du Parti Communiste Français, de Génération Climat et d'Ensemble.
Changeons de cap, ancrons notre région dans une dynamique solidaire !
L'argent public ne tombe pas du ciel, ils nous appartient d'en faire un usage juste au service de l'intérêt général.
Caroline Dallet
La France insoumise

Caroline Dallet

42 ans, animatrice en EHPAD, conseillère municipale à Châteldon et conseillère départementale sortante du canton de Maringues

42 ans, animatrice en EHPAD, conseillère municipale à Châteldon et conseillère départementale sortante du canton de Maringues
Fille d'agriculteurs de l'Allier, développe au sein de la ferme familiale une activité de diversification en parallèle de ses études à l'école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand : la ferme pédagogique qui accueillera durant plusieurs années les enfants de structures scolaires et périscolaires dans le cadre des apprentissages de « l'école du dehors ». Elle s'oriente ensuite vers les métiers de l'animation auprès d'autres publics, notamment les personnes âgées à partir de 2008.
Militante au Parti de Gauche puis à la France Insoumise, elle s'investit auprès de l'équipe municipale de Châteldon, déjà bien engagée dans une approche sociale et écologique du projet communal. Elle anime le comité consultatif des affaires culturelles, puis le comité des affaires scolaires, en prenant soin d'assurer un cadre participatif à la réflexion collective.
Au conseil départemental, elle intègre la commission solidarités et actions sociales. Sensible aux enjeux du bien vieillir, particulièrement en zone rurale, elle devient présidente du syndicat intercommunal d'aide à domicile de Puy-Guillaume de 2014 à 2018. Elle s'attache à défendre le service public de maintien à domicile en soutenant un accompagnement de la personne à hauteur de ses besoins pour une vie digne à la maison. Les services publics sont notre bien commun, tout comme l'environnement qui nous entoure. Il ne sera plus temps de faire des choix budgétaires lorsque l'écosystème dans le quel nous vivons ne sera plus vivable. Au sein de l'équipe « Ensemble, pour notre région », elle continue d'affirmer qu'il est vital de faire de la région, qui a gagné en compétences et en moyens, une collectivité garante de cet équilibre social et écologique qui contribue à plus d'harmonie entre les êtres vivants.
Julien Pauliac

Julien Pauliac

44 ans, ouvrier d'état à l'AIA, Maringues
Arrivé en Auvergne en 1996 pour travailler à l'AIA de Clermont-Ferrand, il prend rapidement part aux mobilisations des personnels de l'établissement, en lutte pour la préservation de son statut public et pour l'amélioration des conditions de travail.

44 ans, ouvrier d'état à l'AIA, Maringues
Arrivé en Auvergne en 1996 pour travailler à l'AIA de Clermont-Ferrand, il prend rapidement part aux mobilisations des personnels de l'établissement, en lutte pour la préservation de son statut public et pour l'amélioration des conditions de travail.
Son militantisme syndical est animé par le goût pour le travail collectif et le besoin de garantir une vie digne aux générations vivantes et futures. À rebours de l'individualisme et de la résignation, il est persuadé que NOUS avons les moyens de transformer l’ordre social. C’est ce qui le conduit à prendre des responsabilités syndicales, dans son entreprise d’abord puis au niveau départemental.
Considérant que le syndicalisme a la responsabilité, au contact des salarié·e·s, de construire la contestation, la proposition, la revendication et la mobilisation la plus massive pour aller vers de réelles conquêtes sociales, il reste conscient que la parole et les besoins sociaux des salarié·e·s, des retraité·e·s et de la jeunesse doivent trouver un écho politique. C'est en ce sens qu'il adhère au Parti Communiste Français en 2012 et qu'il se porte aujourd'hui candidat à l’élection régionale.
Face aux décisions politiques qui conduisent à toujours plus d'inégalités et d'injustices, permettant aux plus riches de s'enrichir au dépend des autres ; face au délitement du tissu industriel et des services public, son engagement se poursuit donc pour peser au niveau de cette « trop » grande région Auvergne Rhône Alpes, sur la liste conduite par Cécile Cukierman.

Cynthia Jeuland
Parti communiste

Cynthia Jeuland

30 ans, sage-femme libérale, Cournon d'Auvergne.
Élevée dans les valeurs de l'éducation populaire et du service public, elle participe dès son plus jeune âge aux manifestations répondant aux réformes qui visent l’Éducation nationale et notre système de santé.

30 ans, sage-femme libérale, Cournon d'Auvergne.
Élevée dans les valeurs de l'éducation populaire et du service public, elle participe dès son plus jeune âge aux manifestations répondant aux réformes qui visent l’Éducation nationale et notre système de santé.
Pendant ses études, elle entre au bureau étudiant. Elle en devient présidente et reçoit, lors de sa remise de diplôme en 2014, un prix spécial de l'engagement pour service rendu à l'école. Membre active de l'association dans laquelle elle a grandi, elle entre au conseil administration dès son retour dans la région puis au bureau de celle-ci, persuadée que la vie n’a de sens qu’ensemble et que c'est avec l'autre qu'on apprend et qu'on s'enrichit.
Elle est installée dans un libéral depuis 2015 afin d'être au plus proche de la population et d’accompagner tout au long de leur vie les femmes et leur famille. Elle s’implique alors également syndicalement et prend un rôle plus actif dans la défense de sa profession et du système de santé périnatale et gynécologique.
En 2019, elle rejoint le PCF, définitivement convaincue de se reconnaître dans ces mêmes valeurs qu'elle défend depuis les mobilisations de ses années au lycée. Sa candidature aux élections régionales est la traduction d'engagements de terrain et de combats quotidiens.
François Ulrich
La France insoumise

François Ulrich

63 ans, enseignant retraité, Beaumont
Enthousiasmé comme on peut l’être à quinze ans par l’expérience de Salvador Allende au Chili, révolté par l’intervention de la CIA, passionné par la lutte des salariés de Lip, bénéficiant d’une formation accélérée avec les paysans du Larzac, il s’est engagé très tôt en politique pour l’émancipation et la justice sociale.

63 ans, enseignant retraité, Beaumont
Enthousiasmé comme on peut l’être à quinze ans par l’expérience de Salvador Allende au Chili, révolté par l’intervention de la CIA, passionné par la lutte des salariés de Lip, bénéficiant d’une formation accélérée avec les paysans du Larzac, il s’est engagé très tôt en politique pour l’émancipation et la justice sociale.
Les aléas de la vie l’ont amené à être président de l’association Sésame Autisme Auvergne pendant plus de dix ans puis, quelques années après, président de l’association des Amis du Temps des Cerises. Il est aujourd’hui investi dans une association dont le but est d’organiser la réflexion autour de la philosophie et des sciences sociales et de mettre celles-ci à la disposition de toutes et tous. Il a également été délégué syndical CGT au sein de son établissement pendant plusieurs années.
Militant du Parti de Gauche depuis sa création, parce que républicain et éco-socialiste, il est aujourd’hui actif au sein de La France Insoumise, et effectue son deuxième mandat de conseiller municipal à Beaumont.
S’il devait donner une raison de son engagement dans la liste Ensemble pour notre région, ce serait la défense et le développement des services publics car, comme l'a montré le sociologue Robert Castel, les services publics sont les seuls biens de ceux qui n'ont rien : ils permettent de ne plus fonder la citoyenneté sur la propriété privée, de maintenir un lien de réciprocité entre les citoyen·ne·s pour que, contre les risques de dissociation sociale, ils continuent à former ce qu'en termes politiques on appelle une « nation » et en termes sociologiques « la cohésion sociale ».
Laurence Shlienger
La France insoumise

Laurence Shlienger

salariée chez Michelin, Clermont-Ferrand
De parents agents du service public – son père chez GDF, sa mère à la Sécurité sociale – elle garde l’attachement à l’intérêt général. Linguiste de formation, elle se spécialise dans la logistique. Le militantisme vient plus tard, comme cela arrive aux femmes qui assument de front les responsabilités familiales et professionnelles. Mais la sensibilité aux questions environnementales et sociales guide déjà sa réflexion.

salariée chez Michelin, Clermont-Ferrand
De parents agents du service public – son père chez GDF, sa mère à la Sécurité sociale – elle garde l’attachement à l’intérêt général. Linguiste de formation, elle se spécialise dans la logistique. Le militantisme vient plus tard, comme cela arrive aux femmes qui assument de front les responsabilités familiales et professionnelles. Mais la sensibilité aux questions environnementales et sociales guide déjà sa réflexion.
C’est par les mouvements décroissants et les luttes contre la mondialisation, notamment sous l’angle de Paul Ariès, qu’elle arrive en politique. Ainsi, elle soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2012 pour l’articulation des thématiques écologique et sociale qu'il propose à travers l’écosocialisme. Dans cette continuité, elle adhère Parti de Gauche et devient conseillère municipale de Clermont-Ferrand en 2014 sur la liste Place au Peuple.
En 2018, elle prolonge son engagement politique par une adhésion à la CGT pour défendre les salarié·e·s alors que les plans de suppressions de postes se succèdent dans l’entreprise, à Clermont-Ferrand comme partout en France.
Élue au Comité social et économique (CSE) de Michelin en 2019, elle est aussi membre de la Commission de santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) des Carmes et désignée par la CGT au Comité d’Entreprise Européen Michelin en 2020.
Au sein du bureau du CSE depuis février 2021, elle est en charge du pôle culture, un domaine essentiel pour l'ensemble des adhérent·e·s.
Luc Bourduge
Parti communiste

Luc Bourduge

58 ans, retraité, Saint-Jacques-d’Ambur
Il a passé sa carrière au sein du service public de l’énergie, essentiellement à Montluçon.
Dans les pas de son père, fortement impliqué dans la vie associative et pour qui la société ne peut se construire que collectivement, il s’engage dans la vie syndicale où il accède à différentes responsabilités locales, régionales et nationales. Considérant qu’il faut nécessairement donner une continuité politique aux revendications syndicales, il s’engage au Parti Communiste Français.

salariée chez Michelin, Clermont-Ferrand
De parents agents du service public – son père chez GDF, sa mère à la Sécurité sociale – elle garde l’attachement à l’intérêt général. Linguiste de formation, elle se spécialise dans la logistique. Le militantisme vient plus tard, comme cela arrive aux femmes qui assument de front les responsabilités familiales et professionnelles. Mais la sensibilité aux questions environnementales et sociales guide déjà sa réflexion.
C’est par les mouvements décroissants et les luttes contre la mondialisation, notamment sous l’angle de Paul Ariès, qu’elle arrive en politique. Ainsi, elle soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2012 pour l’articulation des thématiques écologique et sociale qu'il propose à travers l’écosocialisme. Dans cette continuité, elle adhère Parti de Gauche et devient conseillère municipale de Clermont-Ferrand en 2014 sur la liste Place au Peuple.
En 2018, elle prolonge son engagement politique par une adhésion à la CGT pour défendre les salarié·e·s alors que les plans de suppressions de postes se succèdent dans l’entreprise, à Clermont-Ferrand comme partout en France.
Élue au Comité social et économique (CSE) de Michelin en 2019, elle est aussi membre de la Commission de santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) des Carmes et désignée par la CGT au Comité d’Entreprise Européen Michelin en 2020.
Au sein du bureau du CSE depuis février 2021, elle est en charge du pôle culture, un domaine essentiel pour l'ensemble des adhérent·e·s.
Alain Bidet

Alain Bidet

56 ans, entrepreneur, Clermont-Ferrand.
Depuis 12 ans, il dirige avec ses deux frères une entreprise familiale d’installation de panneaux photovoltaïques. C’est une petite PME reconnue qui, avec ses 3 salariés, rayonne en Auvergne. Il a donc une bonne expertise dans le domaine des énergies renouvelables. Préalablement, il a travaillé pendant de nombreuses années dans l’éducation populaire en tant qu’animateur et formateur professionnel. Il a notamment dirigé les CEMA Auvergne, mis en place le service adolescents de la ville de Perpignan et dirigé l’accueil périscolaire de Courpière.

56 ans, entrepreneur, Clermont-Ferrand.
Depuis 12 ans, il dirige avec ses deux frères une entreprise familiale d’installation de panneaux photovoltaïques. C’est une petite PME reconnue qui, avec ses 3 salariés, rayonne en Auvergne. Il a donc une bonne expertise dans le domaine des énergies renouvelables. Préalablement, il a travaillé pendant de nombreuses années dans l’éducation populaire en tant qu’animateur et formateur professionnel. Il a notamment dirigé les CEMA Auvergne, mis en place le service adolescents de la ville de Perpignan et dirigé l’accueil périscolaire de Courpière.
Issu d’une famille de métayer et d’ouvrier, il porte en lui les combats pour l’émancipation des classes populaires, la justice sociale. C’est un « patron » mobilisé pour la défense des conquis sociaux, du droit du travail, des services publiques et la promotion de l’artisanat. Il s’implique pour que vive le paritarisme dans les organismes sociaux et siège à ce titre au conseil d’administration de la CAF du Puy-de-Dôme.
Très engagé dans le mouvement des gilets jaunes, il n’a eu de cesse de rapprocher cette colère citoyenne et populaire des luttes sociales et syndicales et des mobilisations pour le climat. Il a fait partie de celles et ceux qui ont poussé la ville de Clermont-Ferrand à déclarer l’urgence climatique et sociale. Particulièrement soucieux de la question du logement, il est membre actif et trésorier de l’association Droit Au Logement 63. Dernièrement il a été l’un des initiateurs de la création d’un habitat participatif et s’est engagé pour que ces nouvelles formes d’habiter ensemble, plus respectueuses de l’environnement et favorisant la mixité sociale et générationnelle, soient pleinement reconnues et se développent. Plus accessoirement, il a été moniteur de voile puis skipper. L’expression « tenir le cap » demeure ainsi une maxime qui lui convient bien.
Faustine Riss

Faustine Riss

19 ans, étudiante
Elle a toujours été sensible aux questions de société et son engagement a d’abord pris forme dans la co-organisation, avec Mattéo Vicente, des manifestations pour le climat menées par la jeunesse en 2019 à Valence (26). Lors de ses années lycée, elle a aussi pris part à un club de débat, développant son esprit critique et ses désirs d’engagement.

19 ans, étudiante
Elle a toujours été sensible aux questions de société et son engagement a d’abord pris forme dans la co-organisation, avec Mattéo Vicente, des manifestations pour le climat menées par la jeunesse en 2019 à Valence (26). Lors de ses années lycée, elle a aussi pris part à un club de débat, développant son esprit critique et ses désirs d’engagement.
Ses parents, professeurs et syndiqués, l’emmenaient aux manifestations et ont beaucoup insisté sur l’importance de la démocratie et du droit de vote. Ils lui ont aussi inculqué la valeur du droit à l’éducation, fondamental, notamment pour l’apprentissage des différences et des disparités, sociales particulièrement. Cette conviction a été renforcée par les différents endroits où elle a grandi : monde rural, périphérie urbaine, centre-ville. C’est grâce à l’école et à l’éducation qu’on peut défendre la mixité sociale.
En outre, chaque nouvelle étude sur les disparités salariales et chaque nouveau féminicide lui rappelle que les inégalités de genre existent encore et qu’il faut les combattre, au même titre que les LGBTQIA+phobies. En tant qu’aînée d’une grande fratrie, elle a vite pris conscience des valeurs de solidarité, d’entraide et de responsabilité.
Enfin, étant élève à l’École du Louvre, et s’impliquant dans la médiation culturelle, elle pense que le droit à la culture doit doit être effectif pour toutes et tous et que le patrimoine régional doit être valorisé et plus accessible.
Richard Bert

Richard Bert

53 ans, chargé de mission prévention santé à la CARSAT, maire de Blanzat.
Impliqué dans le milieu associatif socio-culturel, il est attaché à faire progresser l’accès à la culture et ses pratiques grâce à l’éducation populaire.

53 ans, chargé de mission prévention santé à la CARSAT, maire de Blanzat.
Impliqué dans le milieu associatif socio-culturel, il est attaché à faire progresser l’accès à la culture et ses pratiques grâce à l’éducation populaire. D’abord bénévole au Centre d’entraînement aux méthodes de l’éducation active (le CEMEA), il en devient bientôt salarié et le reste pendant une dizaine d’années.
En tissant et en retissant du lien social, l’engagement associatif permet de redonner confiance en la chose publique grâce à des contacts avec des élus locaux concernés et actifs sur le terrain.
Son investissement professionnel a donc des résonances politiques. Aussi, quand Michel Beyssi lui propose de rejoindre la liste de la gauche rassemblée aux élections municipales de 2014 à Blanzat, il accepte afin de prolonger son action en faveur de la population par un mandat d’élu. Il décide alors de porter officiellement les couleurs de ses valeurs et de ses combats en adhérant au Parti Communiste Français. Et une fois élu, il coiffe tout naturellement la casquette d’adjoint à l’enfance et à la jeunesse. Durant ce mandat, il est soucieux de faire renaître l’intérêt pour la politique car les citoyen·ne·s doivent être partie prenante dans les affaires de la cité.
Aux élections municipales de 2020, enrichi de son travail étroit avec les associations et les personnels et agent·e·s du secteur enfance et jeunesse, il reprend le flambeau de Michel Beyssi en prenant la tête de la liste de la gauche rassemblée. Élu maire de Blanzat l’an dernier, il a à cœur de poursuivre les actions de la ville pour la démocratisation des pratiques culturelles. Son engagement aux élections régionales au sein de la liste conduite par Cécile Cukierman traduit sa volonté de rendre les politiques régionales plus proches des préoccupations des citoyen·ne·s.
Christine Mequignon
Parti communiste

Christine Mequignon

44 ans, cheminote, Clermont-Ferrand
Impliquée syndicalement depuis plusieurs années pour la défense des salarié·e·s de la SNCF, elle est élue au Conseil d'administration de SNCF Réseau. Son engagement au Parti Communiste Français est le prolongement évident de cet investissement car les valeurs et es projets de société qu’il porte sont complémentaires des luttes syndicales, particulièrement la défense de services publics comme les transports.

44 ans, cheminote, Clermont-Ferrand
Impliquée syndicalement depuis plusieurs années pour la défense des salarié·e·s de la SNCF, elle est élue au Conseil d'administration de SNCF Réseau. Son engagement au Parti Communiste Français est le prolongement évident de cet investissement car les valeurs et es projets de société qu’il porte sont complémentaires des luttes syndicales, particulièrement la défense de services publics comme les transports.
Menacés et progressivement affaiblis par les gouvernements qui se succèdent, les services publics représentent en effet un des enjeux majeurs de notre temps. Ils ont montré toute leur importance au cours des derniers mois où leur rôle était crucial dans la gestion de la crise sanitaire. C’est pourquoi ils doivent être le moteur de la relance, notamment à l’échelle de notre région.
Léonard Cordier
La France insoumise

Léonard Cordier

34 ans, paysan-boulanger, Moissat
Agronome de formation, il a travaillé dans l'animation et la formation agricole avant de s'installer comme paysan en 2016.

34 ans, paysan-boulanger, Moissat
Agronome de formation, il a travaillé dans l'animation et la formation agricole avant de s'installer comme paysan en 2016.
Conscient de l'impasse dans laquelle nous mène le productivisme et la spécialisation des exploitations agricoles, il s'associe avec deux collègues pour reprendre une ferme de 48 ha en Limagne. Proposer une alimentation saine à la population locale, ne pas dépendre des firmes agrochimiques ni des coopératives tentaculaires est un défi qu'il relève grâce à la transformation de ses céréales biologiques en pains et à la vente directe.
Membre de la Confédération Paysanne et militant au Parti de Gauche, il pratique au quotidien une agro-écologie paysanne plébiscitée par les citoyen·ne·s mais qui manque du soutien des professionnels.
Son engagement sur notre liste est l'occasion de souligner l'importance des élu·e·s régionaux·ales dans le devenir de nos campagnes et de notre alimentation. Elles et ils gèrent une partie des aides de la Politique Agricole Commune et disposent d'un véritable pouvoir pour favoriser l'installation des jeunes et la bifurcation écologique de notre agriculture.
Marianne Maximi
La France insoumise

Marianne Maximi

35 ans, éducatrice spécialisée en protection de l’enfance, conseillère municipale et métropolitaine de Clermont-Ferrand.

35 ans, éducatrice spécialisée en protection de l’enfance, conseillère municipale et métropolitaine de Clermont-Ferrand.
Après une enfance dans la campagne bourbonnaise, elle s’engage dès le lycée contre l’extrême-droite, puis contre le CPE à son arrivée à l’Université. Son intérêt pour l’organisation collective l’amène rapidement à exercer les fonctions de Secrétaire Générale de l’UNEF Auvergne, en première ligne contre la privatisation rampante de l’Université et la précarité étudiante.
Arrivée en politique par les luttes sociales et environnementales, convaincue de la nécessité d’un front social et politique, son engagement de terrain s’incarne dans les luttes emblématiques du territoire clermontois : contre l’incinérateur, aux côtés des sans-papiers et des mal-logés, contre les grands projets inutiles qui marquent l’emprise croissante des multinationales dans les politiques publiques.
Militante féministe, antiraciste et internationaliste, elle est élue conseillère municipale de Clermont-Ferrand depuis 2014, où elle intervient régulièrement pour faire entendre la voix des associations et des syndicalistes si souvent mis à l’écart des choix politiques.
Se refusant à opposer combats sociaux et environnementaux, elle défend à la fois la bifurcation écologique, l’industrie auvergnate victime d’actionnaires sans scrupules et le service public garant de l’égalité entre toutes et tous.
Autant d’engagements qui l’ont tout naturellement amenée à rejoindre la France Insoumise en 2016 et à participer aujourd’hui à la liste conduite par Cécile Cukierman, aux côtés du Parti Communiste Français, d’Ensemble et de Génération Climat.

1 • PISANI Florence 2 • PEREYRON Fabrice 3 • THOUMINE Laurence 4 • PASSERI Dominique 5 • CHAMBON  Michèle 6 • MEKKI Heikel 7 • FERRI Mylène 8 • BALDY Loïc 9 • THIEBAUT Sylviane 10 • TISSOT Serge 11 • GAY Karine 12 • NEYRAUD Pierre 13 • VIDAUD Ghislaine 14 • FROMONT Emile 15 • BOUILLOUX Martine 16 • CALATAYUD Bruno 17 • CROZAT Béatrice 18 • FRULEUX Dimitri

Florence Pisani
La France insoumise

Florence Pisani

49 ans - Bugey
Je veux porter dans les instances politiques l’énergie de la révolte populaire. « Fin du monde, fin du mois », même combat, en effet. Il est urgent que les assemblées élues agissent à notre service, nous autres citoyens souverains, dans cette lutte fondamentale.

Je prépare une reconversion professionnelle (gestion territoriale) après avoir travaillé principalement comme enseignante en histoire-géo. Je suis mariée. J’ai deux enfants, jeunes adultes. Je suis née et je vis dans le Bugey. Je veux porter dans les instances politiques l’énergie de la révolte populaire. « Fin du monde, fin du mois », même combat, en effet. Il est urgent que les assemblées élues agissent à notre service, nous autres citoyens souverains, dans cette lutte fondamentale.
Do Passeri

Do Passeri

Montracol – 63 ans – Artiste et Agent Valoriste.
Très attentif au Produit Intérieur Bonheur, et à la mise en œuvre d’une sécurité sociale alimentaire. En recherche de solutions écologiques non pas punitives, mais tout au contraire heureuses, bienveillantes et émancipatrices !

Montracol – 63 ans – Artiste et Agent Valoriste.
Très attentif au Produit Intérieur Bonheur, et à la mise en œuvre d’une sécurité sociale alimentaire. En recherche de solutions écologiques non pas punitives, mais tout au contraire heureuses, bienveillantes et émancipatrices !
Mylene Ferri

Mylene Ferri

Oyonnax – 60 ans – conseillère municipale
Attentive à la démocratie et à la participation des citoyennes et des citoyens, je souhaite porter l’égalité entre les femmes et les hommes, qui est une exigence sociale, dans tous les projets portés par la Région.

Oyonnax – 60 ans – conseillère municipale
Attentive à la démocratie et à la participation des citoyennes et des citoyens, je souhaite porter l’égalité entre les femmes et les hommes, qui est une exigence sociale, dans tous les projets portés par la Région.
Serge Tissot

Serge Tissot

Bourg en Bresse – 67 ans – retraité (technicien du bâtiment) – Militant syndical et associatif.
Je veux construire une alternative politique et sociale sur des positions claires, contre les politiques austéritaires et contre leurs responsables, les élus actuels. Face à la montée des périls, rien n’est inéluctable : là où il y a une volonté, il y a un passage.

Bourg en Bresse – 67 ans – retraité (technicien du bâtiment) – Militant syndical et associatif.
Je veux construire une alternative politique et sociale sur des positions claires, contre les politiques austéritaires et contre leurs responsables, les élus actuels. Face à la montée des périls, rien n’est inéluctable : là où il y a une volonté, il y a un passage.
Ghislaine Vidaud

Ghislaine Vidaud

Arvière-en-Valromey - Infirmière - 61 ans – Militante de l’écologie et du social.
Les changements à marche forcée qui nous sont imposés apportent incompréhension, mal-être, inquiétudes et exclusion tout en épuisant notre environnement naturel. Au contraire, agissons pour le bien commun en intégrant des critères sociaux et environnementaux dans nos projets de territoire.

Arvière-en-Valromey - Infirmière - 61 ans – Militante de l’écologie et du social.
Les changements à marche forcée qui nous sont imposés apportent incompréhension, mal-être, inquiétudes et exclusion tout en épuisant notre environnement naturel. Au contraire, agissons pour le bien commun en intégrant des critères sociaux et environnementaux dans nos projets de territoire.
Bruno Calatayud

Bruno Calatayud

Bourg-en-Bresse – 65 ans – Retraité de la Poste – Militant syndicaliste CGT, militant associatif et politique.
J’apporte mon soutien à diverses associations de partage et d’échange hors système monétaire, d’alerte dans la santé, ou de solidarité active (Emmaüs). J’aime les solutions de l’Economie Solidaire et Sociale, innovantes, et l’écologie anticapitaliste, déculpabilisante !

Bourg-en-Bresse – 65 ans – Retraité de la Poste – Militant syndicaliste CGT, militant associatif et politique.
J’apporte mon soutien à diverses associations de partage et d’échange hors système monétaire, d’alerte dans la santé, ou de solidarité active (Emmaüs). J’aime les solutions de l’Economie Solidaire et Sociale, innovantes, et l’écologie anticapitaliste, déculpabilisante !
Fabrice Peyreron

Fabrice Peyreron

Ambérieu-en-Bugey – 39 ans – Conducteur de TER – Militant syndicaliste CGT.
Je veux améliorer les conditions de vie des prolétaires et l’avenir de nos enfants.

Ambérieu-en-Bugey – 39 ans – Conducteur de TER – Militant syndicaliste CGT.
Je veux améliorer les conditions de vie des prolétaires et l’avenir de nos enfants.
Michele Chambon

Michele Chambon

Polliat - 70 ans – Retraitée du secteur de la santé – Militante associative.
J’ai géré un SSIAD et un centre de soins infirmiers associatifs et participé à la création d’une maison de santé pluri professionnelle. Je connais parfaitement les problèmes de conditions de travail et de formation des métiers liés à la santé et à la prise en charge des personnes âgées.

Polliat - 70 ans – Retraitée du secteur de la santé – Militante associative.
J’ai géré un SSIAD et un centre de soins infirmiers associatifs et participé à la création d’une maison de santé pluri professionnelle. Je connais parfaitement les problèmes de conditions de travail et de formation des métiers liés à la santé et à la prise en charge des personnes âgées.
Loïc Baldy

Loïc Baldy

Bellegarde – 36 ans – Educateur spécialisé.
Nous proposons le développement du transport ferroviaire, dans un réseau animé par des acteurs publics, aussi bien dans les métropoles que dans les villages. Je pense que c’est un levier important pour améliorer la vie dans notre Région.

Bellegarde – 36 ans – Educateur spécialisé.
Nous proposons le développement du transport ferroviaire, dans un réseau animé par des acteurs publics, aussi bien dans les métropoles que dans les villages. Je pense que c’est un levier important pour améliorer la vie dans notre Région.
Karine Gay

Karine Gay

Priay – 40 ans – Agent administratif SNCF – Militante syndicaliste CGT, conseillère prud’hommale.
Je veux qu’on réponde aux besoins de la population, dans le respect de la Nature. Construire une Région attentive aux droits de ses habitants, et qui prenne leur avis face aux enjeux humains, économiques, écologiques, sanitaires.

Priay – 40 ans – Agent administratif SNCF – Militante syndicaliste CGT, conseillère prud’hommale.
Je veux qu’on réponde aux besoins de la population, dans le respect de la Nature. Construire une Région attentive aux droits de ses habitants, et qui prenne leur avis face aux enjeux humains, économiques, écologiques, sanitaires.
Emile Fromont

Emile Fromont

Confrançon – 21 ans – Etudiant en Sciences Politiques.
Je veux porter la voix d’une jeunesse en quête de changement. Engageons-nous pour un plan de relance de l’emploi autour de l’écologie et des soins à la population.

Confrançon – 21 ans – Etudiant en Sciences Politiques.
Je veux porter la voix d’une jeunesse en quête de changement. Engageons-nous pour un plan de relance de l’emploi autour de l’écologie et des soins à la population.
Beatrice Croizat

Beatrice Croizat

Bourg-en-Bresse – 61 ans – Retraitée (animatrice en prévention spécialisée).
Je m’intéresse à l’augmentation de l’autonomie alimentaire des villes, ce qui inclut un développement de la production.

Bourg-en-Bresse – 61 ans – Retraitée (animatrice en prévention spécialisée).
Je m’intéresse à l’augmentation de l’autonomie alimentaire des villes, ce qui inclut un développement de la production.
Laurence THOUMINE

Laurence Thoumine

Belley – 60 ans - Enseignante – Militante syndicale.
Une véritable alternative à gauche est nécessaire pour servir l’’intérêt général et l’environnement, pour faire reculer les inégalités sur nos territoires, pour défendre les services publics.

Belley – 60 ans - Enseignante – Militante syndicale.
Une véritable alternative à gauche est nécessaire pour servir l’’intérêt général et l’environnement, pour faire reculer les inégalités sur nos territoires, pour défendre les services publics.
Heikel Mekki

Heikel Mekki

Gex – 34 ans - Fonctionnaire international.
En région, il est possible de contrer la politique de casse des services publics menée par le gouvernement. Notre mission sera de revitaliser nos territoires et d’engager les investissements qui s’imposent sur le plan social et économique.

Gex – 34 ans - Fonctionnaire international.
En région, il est possible de contrer la politique de casse des services publics menée par le gouvernement. Notre mission sera de revitaliser nos territoires et d’engager les investissements qui s’imposent sur le plan social et économique.
Sylviane Thiebaut

Sylviane Thiebaut

Saint Jean de Niost – 59 ans – Employée à la Sécurité Sociale – Militante syndicaliste CGT.
Je suis révoltée par la suppression des services publics de proximité, les Maisons France Service sont une supercherie. Les budgets publics doivent donner les moyens nécessaires aux services à la population, à commencer par le domaine de la santé.

Saint Jean de Niost – 59 ans – Employée à la Sécurité Sociale – Militante syndicaliste CGT.
Je suis révoltée par la suppression des services publics de proximité, les Maisons France Service sont une supercherie. Les budgets publics doivent donner les moyens nécessaires aux services à la population, à commencer par le domaine de la santé.
Pierre Neyraut

Pierre Neyraut

Montanay – 69 ans – Retraité (cadre Cérégrains).
La région AURA connaît des disparités énormes, des inégalités criantes. Face à la métropole de Lyon, des déserts ruraux où les services sont mourants. Notre liste entend y mettre un terme. De façon générale, je m’engage sur cette liste pour que l’humain et non le capital soit au coeur des préoccupations.

Montanay – 69 ans – Retraité (cadre Cérégrains).
La région AURA connaît des disparités énormes, des inégalités criantes. Face à la métropole de Lyon, des déserts ruraux où les services sont mourants. Notre liste entend y mettre un terme. De façon générale, je m’engage sur cette liste pour que l’humain et non le capital soit au coeur des préoccupations.
Martine Bouilloux

Martine Bouilloux

Bourg-en-Bresse – 64 ans – Retraitée (Fonction Publique Territoriale) – Bénévole de parti politique.
Je suis attachée à la défense de la population pour une vie meilleure, avec des salaires le permettant, de bonnes conditions de travail, le RSA pour les jeunes de 18 à 25 ans.

Bourg-en-Bresse – 64 ans – Retraitée (Fonction Publique Territoriale) – Bénévole de parti politique.
Je suis attachée à la défense de la population pour une vie meilleure, avec des salaires le permettant, de bonnes conditions de travail, le RSA pour les jeunes de 18 à 25 ans.
Dimitri Fruleux

Dimitri Fruleux

Saint-Nizier-le-Désert – 33 ans - Formateur et Consultant en droit du travail et en prévention des risques – Militant CGT.
Mon maître mot reste et restera la justice. Qu’elle soit sociale, climatique, sanitaire, fiscale, économique, populaire, éducative, politique, humaine, animalière, écologique. Toutes ces formes de justice guident mes choix de vie.

Saint-Nizier-le-Désert – 33 ans - Formateur et Consultant en droit du travail et en prévention des risques – Militant CGT.
Mon maître mot reste et restera la justice. Qu’elle soit sociale, climatique, sanitaire, fiscale, économique, populaire, éducative, politique, humaine, animalière, écologique. Toutes ces formes de justice guident mes choix de vie.

1 • DESJOURS Marcelle 2 • RODRIGUEZ Dany 3 • TAIAR Fatiha 4 • CABANNE Julien 5 • CHARRET Stéphanie 6 • GUILLAUMIN Pierre 7 • DEPRIESTER Nelly 8 • PASSAT Alain 9 • MICHON Emmanuelle 10 • LACHEZE Julien 11 • MOLINARI Martine

Marcelle Desjours
Parti Communiste

Marcelle Desjours

Immergée très jeune dans la politique de par mes parents syndicalistes, j’ai à cœur de combattre les inégalités, c’est pourquoi j’ai été déléguée du personnel et suis, aujourd’hui syndiquée et membre du Comité Social et Economique de mon entreprise.

Après avoir enchaîné différents emplois depuis mes seize ans (ménages, caissière), j’ai repris, en parallèle, mes études par correspondance afin de m’orienter dans la comptabilité. Mère de deux enfants élevé·es seule, après avoir exercé mon métier dans les secteurs de l’hôtellerie, l’intérim et la formation, je suis maintenant comptable dans le bâtiment.
Immergée très jeune dans la politique de par mes parents syndicalistes, j’ai à cœur de combattre les inégalités, c’est pourquoi j’ai été déléguée du personnel et suis, aujourd’hui syndiquée et membre du Comité Social et Economique de mon entreprise.
Julien Cabanne

Julien Cabanne

Cheminot depuis 18 ans, je suis passé par l’apprentissage en alternance et j’ai pu mesurer l’importance pour les plus jeunes d’être bien formé, bien encadré et d’avoir des perspectives. Rapidement, la multiplication des injustices dans le monde du travail et ailleurs m’ont conduit à m’engager pour changer les choses. Le train public SNCF est un symbole de ce que les capitalistes savent détruire. Comme les autres services publics, il est urgent de tout reconstruire !

Cheminot depuis 18 ans, je suis passé par l’apprentissage en alternance et j’ai pu mesurer l’importance pour les plus jeunes d’être bien formé, bien encadré et d’avoir des perspectives. Rapidement, la multiplication des injustices dans le monde du travail et ailleurs m’ont conduit à m’engager pour changer les choses. Le train public SNCF est un symbole de ce que les capitalistes savent détruire. Comme les autres services publics, il est urgent de tout reconstruire !
Nelly Depriester

Nelly Depriester

Enseignante SVT, très sensible aux problèmes environnementaux globaux et locaux et leurs conséquences sociales, à l’urgence écologique et climatique. La recherche de solutions doit être une priorité et se décliner aux différents niveaux de décision, dont la Région. Il faudra aussi porter une attention toute particulière aux jeunes, notamment lycéens et étudiants, fortement affectés par les conséquences de la crise sanitaire.

Enseignante SVT, très sensible aux problèmes environnementaux globaux et locaux et leurs conséquences sociales, à l’urgence écologique et climatique. La recherche de solutions doit être une priorité et se décliner aux différents niveaux de décision, dont la Région. Il faudra aussi porter une attention toute particulière aux jeunes, notamment lycéens et étudiants, fortement affectés par les conséquences de la crise sanitaire.
Julien Lacheze

Julien Lacheze

Ma boussole politique, c’est l’aide aux plus démunis. Ils sont les premières victimes du réchauffement climatique, de la crise sanitaire, des politiques sociales austéritaires. Assistant juridique de profession, j’ai la conviction que les marchés publics de la Région pourraient être des leviers puissants : lutte contre le dumping social, clauses d’insertion, environnementales...

Ma boussole politique, c’est l’aide aux plus démunis. Ils sont les premières victimes du réchauffement climatique, de la crise sanitaire, des politiques sociales austéritaires. Assistant juridique de profession, j’ai la conviction que les marchés publics de la Région pourraient être des leviers puissants : lutte contre le dumping social, clauses d’insertion, environnementales...
Dany Rodriguez
La France insoumise

Dany Rodriguez

50 ans - Artiste
Je suis papa d'une petite fille de 7 ans. En 2020, j'ai participé à la campagne municipale de ma commune au sein d'un Collectif citoyens soutenu par LFI et le PCF. À cette occasion, j'ai pu porter des projets de conseils de quartier, de budgets participatifs et je milite pour une bifurcation de nos modes de vie, nos façons d'habiter les territoires.

50 ans - Artiste
Je suis papa d'une petite fille de 7 ans. En 2020, j'ai participé à la campagne municipale de ma commune au sein d'un Collectif citoyens soutenu par LFI et le PCF. À cette occasion, j'ai pu porter des projets de conseils de quartier, de budgets participatifs et je milite pour une bifurcation de nos modes de vie, nos façons d'habiter les territoires.
Stéphanie Charret

Stéphanie Charret

attachée de la fonction publique d’État. L’action régionale doit donc à la fois constituer un point d’appui pour faire reculer l’austérité, un rempart pour les populations qu’elle fragilise, précarise et une source d’expérimentations innovantes sur de nouvelles façons de vivre ensemble, de consommer, de décider, conformément à nos valeurs d’émancipation humaine et de préservation des ressources naturelles. Nous voulons faire de l’écologie, du social et de la participation citoyenne nos priorités. C’est pourquoi, j’ai choisi le m’engager sur la liste « ensemble, pour notre région » conduite par Cécile Cukierman, le 20 juin, portons une voix différente!

attachée de la fonction publique d’État. L’action régionale doit donc à la fois constituer un point d’appui pour faire reculer l’austérité, un rempart pour les populations qu’elle fragilise, précarise et une source d’expérimentations innovantes sur de nouvelles façons de vivre ensemble, de consommer, de décider, conformément à nos valeurs d’émancipation humaine et de préservation des ressources naturelles. Nous voulons faire de l’écologie, du social et de la participation citoyenne nos priorités. C’est pourquoi, j’ai choisi le m’engager sur la liste « ensemble, pour notre région » conduite par Cécile Cukierman, le 20 juin, portons une voix différente!
Alain Passat

Alain Passat

Les élections régionales sont d’une grande importance pour les femmes et les hommes de nos territoires, notamment à travers les enjeux sociaux, économiques, environnementaux et sanitaires. Nous manquons cruellement de médecins généralistes, nous manquons de liaisons ferroviaires, nos services publics disparaissent. Je suis candidat à 72 ans, car je crois qu’il est possible de faire évoluer les idées. Ne nous laissons pas diviser, et soyons optimistes.

Les élections régionales sont d’une grande importance pour les femmes et les hommes de nos territoires, notamment à travers les enjeux sociaux, économiques, environnementaux et sanitaires. Nous manquons cruellement de médecins généralistes, nous manquons de liaisons ferroviaires, nos services publics disparaissent. Je suis candidat à 72 ans, car je crois qu’il est possible de faire évoluer les idées. Ne nous laissons pas diviser, et soyons optimistes.
Martine Molinari

Martine Molinari

69 ans- Depuis 38 ans dans le bocage bourbonnais. A la suite de «la planification écologique» qui fait partie du programme l’avenir en commun de LFI, je m’inscris en faux contre les coupes rases de nos forêts dans l’Allier. Je m’engage à peser de tout mon poids pour faire arrêter définitivement la gestion de la forêt de cette façon et que l’on revienne à une politique plus soucieuse du bien de tous. L’ONF et ses forestiers, la filière bois traitée en dehors de nos frontières et tous les emplois que cela pourrait créer. «On est au cœur d’une explosion qui est en train de consumer la biodiversité mondiale. On n’est pas à l’orée de cette explosion, on est DEDANS!!» (Laurent Vallotton)

69 ans- Depuis 38 ans dans le bocage bourbonnais. A la suite de «la planification écologique» qui fait partie du programme l’avenir en commun de LFI, je m’inscris en faux contre les coupes rases de nos forêts dans l’Allier. Je m’engage à peser de tout mon poids pour faire arrêter définitivement la gestion de la forêt de cette façon et que l’on revienne à une politique plus soucieuse du bien de tous. L’ONF et ses forestiers, la filière bois traitée en dehors de nos frontières et tous les emplois que cela pourrait créer. «On est au cœur d’une explosion qui est en train de consumer la biodiversité mondiale. On n’est pas à l’orée de cette explosion, on est DEDANS!!» (Laurent Vallotton)
Fatiha Taiar

Fatiha Taïr

En reconversion professionnelle suite à un accident de travail, j’ai grandi dans le quartier de Fontbouillant à Montluçon. Sensible aux difficultés et problèmes des gens dans les quartiers, j’ai par le passé participé de façon bénévole et salariée à des actions d’éducation populaire. La région a le devoir de soutenir les associations et les volontés qui œuvrent pour les populations oubliées, où les services publics n’existent presque plus. En reconversion professionnelle suite à un accident de travail, j’ai grandi dans le quartier de Fontbouillant à Montluçon. Sensible aux difficultés et problèmes des gens dans les quartiers, j’ai par le passé participé de façon bénévole et salariée à des actions d’éducation populaire. La région a le devoir de soutenir les associations et les volontés qui œuvrent pour les populations oubliées, où les services publics n’existent presque plus.

En reconversion professionnelle suite à un accident de travail, j’ai grandi dans le quartier de Fontbouillant à Montluçon. Sensible aux difficultés et problèmes des gens dans les quartiers, j’ai par le passé participé de façon bénévole et salariée à des actions d’éducation populaire. La région a le devoir de soutenir les associations et les volontés qui œuvrent pour les populations oubliées, où les services publics n’existent presque plus. En reconversion professionnelle suite à un accident de travail, j’ai grandi dans le quartier de Fontbouillant à Montluçon. Sensible aux difficultés et problèmes des gens dans les quartiers, j’ai par le passé participé de façon bénévole et salariée à des actions d’éducation populaire. La région a le devoir de soutenir les associations et les volontés qui œuvrent pour les populations oubliées, où les services publics n’existent presque plus.
Pierre Guillaumin

Pierre Guillaumin

67 ans – Cadre retraité de la Fonction Publique Territoriale. Jamais je ne pourrais rester indifférent aux autres quand un Français sur six est contraint de vivre en dessous du seuil de pauvreté et qu’à l’autre pôle de la société une infime minorité accumule des richesses insolentes. Notre département est particulièrement frappé par ces inégalités et cette grande pauvreté. La Région doit réorienter ses priorités vers nos territoires délaissés. C’est l’assurance que donne la liste conduite par Cécile Cukierman avec un programme résolument tourné vers la réponse aux urgences sociales, écologiques et démocratiques. C’est pourquoi, avec enthousiasme et pour la première fois, je participe à cette élection comme candidat.

67 ans – Cadre retraité de la Fonction Publique Territoriale. Jamais je ne pourrais rester indifférent aux autres quand un Français sur six est contraint de vivre en dessous du seuil de pauvreté et qu’à l’autre pôle de la société une infime minorité accumule des richesses insolentes. Notre département est particulièrement frappé par ces inégalités et cette grande pauvreté. La Région doit réorienter ses priorités vers nos territoires délaissés. C’est l’assurance que donne la liste conduite par Cécile Cukierman avec un programme résolument tourné vers la réponse aux urgences sociales, écologiques et démocratiques. C’est pourquoi, avec enthousiasme et pour la première fois, je participe à cette élection comme candidat.
Emmanuelle Michon

Emmanuelle Michon

45 ans, représentante syndicale dans la grande distribution sur Montluçon, adjointe aux affaires sociales à Commentry. Il est possible de porter une vraie politique progressiste au service des habitants de notre région et je m’inspirerai de ce que nous avons mis en place à un niveau communal. Un exemple, rendre accessible à toutes les lycéennes et tous les lycéens la restauration scolaire (parce qu’il est de la responsabilité de la région de leur offrir un repas de qualité).

45 ans, représentante syndicale dans la grande distribution sur Montluçon, adjointe aux affaires sociales à Commentry. Il est possible de porter une vraie politique progressiste au service des habitants de notre région et je m’inspirerai de ce que nous avons mis en place à un niveau communal. Un exemple, rendre accessible à toutes les lycéennes et tous les lycéens la restauration scolaire (parce qu’il est de la responsabilité de la région de leur offrir un repas de qualité).

1 • MARTINEZ  Jérémy 2 • DUNE  Mylène 3 • THEVENET  Serge 4 • LEDEE Jacqueline 5 • MANTELET  Bertrand 6 • TRONCIN Hélène 7 • BROCHIER Pierre 8 • VELICKOVIC-DUVAL  Catherine 9 • CREUS Armand 10 • DENURRA  Nelly 11 • FOILLERET  Christian 12 • COULON  Cécile 13 • DENURRA Luc 14 • TERNON  Fanny

Jérémy Martinez
Ensemble !

Jérémy Martinez

50 ans - Loire-sur-Rhône
Militant à ENSEMBLE!, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire
-
Le Rhône présente la particularité d’être un nouveau département, après sa séparation autoritaire en 2015 d’avec la Métropole de Lyon.
Et dans ce contexte, l’enjeu des déplacements apparaît primordial : alors que de plus en plus de Rhodaniennes et Rhodaniens sont obligés de se déplacer vers la Métropole pour travailler ou étudier, il faut proposer de réelles alternatives à l’usage de la voiture individuelle.
Le rôle de la région est primordial en la matière, d’autant plus dans ce nouveau contexte institutionnel entraîné par la création d’un SYTRAL élargi à partir du 1er janvier prochain.
Un autre enjeu est la sauvegarde des terres agricoles, qui sont essentielles pour nourrir la Métropole mais toujours plus attaquées et grignotées par des aménagements pas toujours nécessaires.
Réorienter les politiques régionales en faveur d’une agriculture toujours plus respectueuse de l’environnement est donc une nécessité.

50 ans - Loire-sur-Rhône
Militant à ENSEMBLE!, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire
-
Le Rhône présente la particularité d’être un nouveau département, après sa séparation autoritaire en 2015 d’avec la Métropole de Lyon.
Et dans ce contexte, l’enjeu des déplacements apparaît primordial : alors que de plus en plus de Rhodaniennes et Rhodaniens sont obligés de se déplacer vers la Métropole pour travailler ou étudier, il faut proposer de réelles alternatives à l’usage de la voiture individuelle.
Le rôle de la région est primordial en la matière, d’autant plus dans ce nouveau contexte institutionnel entraîné par la création d’un SYTRAL élargi à partir du 1er janvier prochain.
Un autre enjeu est la sauvegarde des terres agricoles, qui sont essentielles pour nourrir la Métropole mais toujours plus attaquées et grignotées par des aménagements pas toujours nécessaires.
Réorienter les politiques régionales en faveur d’une agriculture toujours plus respectueuse de l’environnement est donc une nécessité.
Hélène Troncin
Parti Communiste

Hélène Troncin

J’habite depuis 25 ans sur Brignais.
J’ai de fortes convictions de gauche, pour moi sont primordiaux la solidarité, l’équité sociale, le service public.
Fière d’être Communiste, un Parti qui a fortement contribué à la création de la Sécurité Sociale, une institution que le monde nous envie.
J’ai toujours adhéré aux valeurs fondamentales de l’école publique, liberté, fraternité, et laïcité et, ayant deux enfants, j’ai participé à la vie de l’école, du collège, puis du lycée, en tant que parent élue, et, parfois, présidente du conseil local de la Fédération de parents d’élèves. J’ai aussi participé, à Brignais, à la vie de l’association musicale, en tant que secrétaire. J’aime les arts en général, en ce sens qu’ils participent à l’épanouissement de toutes et tous, artistes ou spectateurs.
Je suis sportive, j’ai passé de nombreuses années au club de natation, le Garon Aquatic club. Je fais beaucoup de vélo, en général en loisir mais aussi parfois pour le trajet vers le travail ; je suis très attachée à la sécurité routière. Je pratique le yoga à l’amicale laïque, et j’aime vraiment cette pratique collective, car, même s’il est assez facile de pratiquer seul chez soi, en groupe c’est autre chose, l’énergie circule. J’aime la randonnée pédestre, et notre région AURA est terrain idéal !
Je travaille comme Ingénieure Sécurité dans un grand service du domaine de l’énergie ; pour moi c'est très gratifiant de poursuivre ma carrière assez diversifiée d’ingénieure, par un poste au service de l’ensemble des salariés, dans ce qui touche au plus près de leur santé physique et mentale, et c'est un prolongement de l’engagement que j’ai longtemps porté en tant qu’élue syndicale en CHSCT.
Enfin, pour moi, l’émancipation humaine doit s’accompagner d’un respect et d’une préservation de notre environnement. Je pense y contribuer en pratiquant une certaine sobriété alimentaire, par le choix du végétarisme, qui est aussi lié à ma volonté de défendre la cause animale.
Beaucoup de mes convictions et engagements ont besoin de commun, aussi je suis heureuse de m’associer la liste menée par Cécile Cukierman, qui est une femme dynamique que j’admire beaucoup ; j’ai besoin que notre Région soit enfin gérée par une équipe de gauche !

J’habite depuis 25 ans sur Brignais.
J’ai de fortes convictions de gauche, pour moi sont primordiaux la solidarité, l’équité sociale, le service public.
Fière d’être Communiste, un Parti qui a fortement contribué à la création de la Sécurité Sociale, une institution que le monde nous envie.
J’ai toujours adhéré aux valeurs fondamentales de l’école publique, liberté, fraternité, et laïcité et, ayant deux enfants, j’ai participé à la vie de l’école, du collège, puis du lycée, en tant que parent élue, et, parfois, présidente du conseil local de la Fédération de parents d’élèves. J’ai aussi participé, à Brignais, à la vie de l’association musicale, en tant que secrétaire. J’aime les arts en général, en ce sens qu’ils participent à l’épanouissement de toutes et tous, artistes ou spectateurs.
Je suis sportive, j’ai passé de nombreuses années au club de natation, le Garon Aquatic club. Je fais beaucoup de vélo, en général en loisir mais aussi parfois pour le trajet vers le travail ; je suis très attachée à la sécurité routière. Je pratique le yoga à l’amicale laïque, et j’aime vraiment cette pratique collective, car, même s’il est assez facile de pratiquer seul chez soi, en groupe c’est autre chose, l’énergie circule. J’aime la randonnée pédestre, et notre région AURA est terrain idéal !
Je travaille comme Ingénieure Sécurité dans un grand service du domaine de l’énergie ; pour moi c'est très gratifiant de poursuivre ma carrière assez diversifiée d’ingénieure, par un poste au service de l’ensemble des salariés, dans ce qui touche au plus près de leur santé physique et mentale, et c'est un prolongement de l’engagement que j’ai longtemps porté en tant qu’élue syndicale en CHSCT.
Enfin, pour moi, l’émancipation humaine doit s’accompagner d’un respect et d’une préservation de notre environnement. Je pense y contribuer en pratiquant une certaine sobriété alimentaire, par le choix du végétarisme, qui est aussi lié à ma volonté de défendre la cause animale.
Beaucoup de mes convictions et engagements ont besoin de commun, aussi je suis heureuse de m’associer la liste menée par Cécile Cukierman, qui est une femme dynamique que j’admire beaucoup ; j’ai besoin que notre Région soit enfin gérée par une équipe de gauche !
Bertrand MANTELET
Parti Communiste

Bertrand Mantelet

51 ans, formateur en insertion sociale et professionnelle, membre de l’exécutif départemental du PCF et conseiller municipal à Oullins
Je me suis engagé au PCF voilà 13 ans, mais je suis aussi et avant tout un militant de l’éducation populaire ainsi que de l’économie sociale et solidaire. L’action politique pour moi passe par différentes formes, que ce soit sur le terrain auprès des habitant.e.s ou en tant qu’élu auprès d’institutions, La politique nécessite un engagement continu, pendant et hors élections, pour pouvoir faire le lien entre le fonctionnement de notre République et les besoins de nos concitoyen.ne.s.

51 ans, formateur en insertion sociale et professionnelle, membre de l’exécutif départemental du PCF et conseiller municipal à Oullins
Je me suis engagé au PCF voilà 13 ans, mais je suis aussi et avant tout un militant de l’éducation populaire ainsi que de l’économie sociale et solidaire. L’action politique pour moi passe par différentes formes, que ce soit sur le terrain auprès des habitant.e.s ou en tant qu’élu auprès d’institutions, La politique nécessite un engagement continu, pendant et hors élections, pour pouvoir faire le lien entre le fonctionnement de notre République et les besoins de nos concitoyen.ne.s. En ce qui concerne la politique régionale, mon secteur d’activité a été lourdement impacté par les choix de Laurent WAUQUIEZ. Chaque année depuis son élection, ce sont entre 45 et 50 millions qui ont manqué à la formation professionnelle et continue. Wauquiez parie uniquement sur les besoins immédiats des entreprises et n’a aucune politique d’investissement dans les compétences à long terme, laissant des milliers de personnes sans solution. Notre liste porte, elle, l’idée qu’il faut investir dans les métiers d’avenir et former les futur.e.s salarié.e.s. Le monde du travail évolue, nous serons acteurs de cette évolution, et non simples spectateurs.
Cécile Coulon
La France insoumise

Cécile Coulon

Formée en économie et sociologie à Lyon, je me suis réinvestie depuis peu en politique. L'Alliance trouvée entre nos partis, l'espérance en l'union des hommes face aux grands défis qui déstabilisent aujourd'hui la société, a motivé ma candidature. Mon expérience de 17 ans à pôle emploi m'a fait rencontrer des personnes qui ne trouvaient pas sur le territoire de solution facile pour l'accès à l'emploi. Quand nous nous sentons brisé par le marché du travail, impuissant devant ses changements, même les petits freins peuvent sembler insurmontables. C'est cette proximité et ce dialogue avec le public, les moyens donnés au service du public, qui permettra le cheminement vers plus d'autonomie de chacun. Je valorise le soutien aux entreprises, à la formation, pour la préservation de l'environnement, le développement local de nos produits agricoles, comme tous les projets de mobilité écologique. Notre responsabilité de la nature doit grandir en nous, et les entreprises en sont porteuses. La proximité des institutions de santé me semblent aussi primordiale. La région ne peut se construire sans tous ses citoyens, qu'il est souhaitable d'intégrer avec toute leur individualité.

Formée en économie et sociologie à Lyon, je me suis réinvestie depuis peu en politique. L'Alliance trouvée entre nos partis, l'espérance en l'union des hommes face aux grands défis qui déstabilisent aujourd'hui la société, a motivé ma candidature. Mon expérience de 17 ans à pôle emploi m'a fait rencontrer des personnes qui ne trouvaient pas sur le territoire de solution facile pour l'accès à l'emploi. Quand nous nous sentons brisé par le marché du travail, impuissant devant ses changements, même les petits freins peuvent sembler insurmontables. C'est cette proximité et ce dialogue avec le public, les moyens donnés au service du public, qui permettra le cheminement vers plus d'autonomie de chacun. Je valorise le soutien aux entreprises, à la formation, pour la préservation de l'environnement, le développement local de nos produits agricoles, comme tous les projets de mobilité écologique. Notre responsabilité de la nature doit grandir en nous, et les entreprises en sont porteuses. La proximité des institutions de santé me semblent aussi primordiale. La région ne peut se construire sans tous ses citoyens, qu'il est souhaitable d'intégrer avec toute leur individualité.
Nelly Denurra
Parti communiste

Nelly Denurra

Mylène Dune
La France insoumise

Mylène Dune

Je me souviens des sourires amusés des adultes lorsque, enfant, à la fameuse question "qu'est ce que tu veux faire quand tu seras grande?" Je répondais "je veux parcourir le monde pour sauver les enfants malheureux"...
Alors j'ai voyagé, voyagé, voyagé... Et j'ai vite compris que le monde ne tournait pas rond...
Comment est-il possible que certains meurent de soif et de faim alors que d'autres dépensent parfois en une nuit ce que nous ne gagnerons jamais en une vie de travail... nous vivons dans un monde tellement injuste...
Malheureusement, malgré mes voyages et ma volonté, je n'ai pas pu sauvé beaucoup d'enfants mais j'ai essayé de protéger au mieux les quatre miens de l’individualisme.

Je me souviens des sourires amusés des adultes lorsque, enfant, à la fameuse question "qu'est ce que tu veux faire quand tu seras grande?" Je répondais "je veux parcourir le monde pour sauver les enfants malheureux"...
Alors j'ai voyagé, voyagé, voyagé... Et j'ai vite compris que le monde ne tournait pas rond...
Comment est-il possible que certains meurent de soif et de faim alors que d'autres dépensent parfois en une nuit ce que nous ne gagnerons jamais en une vie de travail... nous vivons dans un monde tellement injuste...
Malheureusement, malgré mes voyages et ma volonté, je n'ai pas pu sauvé beaucoup d'enfants mais j'ai essayé de protéger au mieux les quatre miens de l’individualisme.
Formatrice en Mfr jusqu’en 2016 puis, actuellement conseillère en insertion socio-professionnelle auprès des bénéficiaires des minima sociaux, j'ai souvent enterré ma colère contre l'injustice sociale et j'ai même à certains moments, en fermant les yeux, réussi à l'oublier.
Apres de longues années de silence et de résignation, les vieux "démons" (la raison ?) ont ressurgi avec le mouvement des gilets jaunes... je suis rentrée en « résistance ».
Maintenant que la colère s'est exprimée, je me dis qu'il est temps d'agir différemment il faut que les choses changent ! Je me rends bien compte que l'on peut manifester, manifester, manifester…. mouliner, mouliner, mouliner ... aider, aider, aider... jamais rien ne changera si les ficelles ne changent pas de mains !
Comme beaucoup, je ne fais plus confiance aux grands personnages qui nous gouvernent et qui nous ont si souvent trahi, mais ce dont je suis sûre c'est que si le peuple reprend la parole et le pouvoir, nous pouvons ensemble, reconstruire un monde meilleur...et voir les jours heureux refleurir. Et je souhaite que le meilleur commence ici dans notre Région !
Chacun-e a le droit à une vie digne et tous ensemble nous devrons trouver les solutions.
Parce que manifester, lutter, combattre, aider n'est plus suffisant...
Parce qu'il est urgent de changer les choses, parce que je vois la justice sociale chaque jour être bafouée et parce que je ne peux plus rester sans agir...
Alors je décide de m'engager... et je suis candidate aux élections Régionales, pour le nouveau Rhône avec Cécile Cukierman Ensemble pour notre région.
Nouvelles expériences... Nouvelles rencontres ... mais toujours les mêmes idées et valeurs à défendre !
Christian Foilleret
La France insoumise

Christian Foilleret

62 ans.
Originaire du département de l'Ain, j’habite dans le Rhône depuis plus de 35 ans.
Enfant, quand je voyais partir mon père au travail chaque matin et souvent les week-ends, afin de nourrir sa famille nombreuse, je me posais des questions de le voir si triste et si fatigué.
Mon engagement militant et politique commence alors dès la fin de mon adolescence, à travers les luttes de «Creys Malville», «plateau du Larzac», contre « le service militaire obligatoire», et les luttes étudiantes «loi Haby en 1975 , la loi Soisson en 1976».

62 ans.
Originaire du département de l'Ain, j’habite dans le Rhône depuis plus de 35 ans.
Enfant, quand je voyais partir mon père au travail chaque matin et souvent les week-ends, afin de nourrir sa famille nombreuse, je me posais des questions de le voir si triste et si fatigué.
Mon engagement militant et politique commence alors dès la fin de mon adolescence, à travers les luttes de «Creys Malville», «plateau du Larzac», contre « le service militaire obligatoire», et les luttes étudiantes «loi Haby en 1975 , la loi Soisson en 1976»
Je poursuivrai cette envie de changement pour une politique et une société plus égalitaire, sociale et respectueuse de l'environnement,tout au long de ma vie associative et professionnelle.
En 2005, je rejoins le mouvement des«faucheurs volontaire d'OGM», participe également à la lutte pour la suppression du «glyphosate» et collabore à la mise en place d'une maison des semences sur le Rhône. Je m'implique à la confédération paysanne pendant deux années
Initiateur d' une association de réflexion pour l'environnement en 1997«ARPE», la création d'un marché bio à la ferme à St Maurice sur Dargoire en 2011 , celle encore d'un bar associatif à St Catherine en 2019, et la réalisation «d'Alternatiba Givors» en 2015
Depuis 2012, Paysan en agriculture Biologique sur une petite surface. Chaque jour je prouve qu'en cultivant de la graine à l'assiette, en plein champ et en limitant les consommation d'eau, il est possible de nourrir décemment une famille.
Et en tant que Conseiller en transformation fromagère-fermière ,ma formation d'origine, je transmets la culture du fromage en proposant ce que la nature met à notre disposition pour ne pas être dépendant d' un quelconque lobby industriel.
Mon engagement Avec « ENSEMBLE POUR NOTRE RÉGION », Liste menée par Cécile CUKIERMAN, est une décision mûrement réfléchie et volontaire.
Je souhaite à travers cet engagement contribuer avec dynamisme à un véritable changement sur la région.
Serge Thevenet
Parti Communiste

Serge Thevenet

58 ans, bellevillois depuis toujours, habite et travaille à Belleville. Très impliqué dans la vie associative Bellevilloise depuis plus de 30 ans, conseiller municipal d’opposition et conseiller communautaire depuis l’an dernier, élu sur une liste de rassemblement de gauche dont j’étais la tête de liste.
Mes 38 ans de vie active dans le secteur de la fabrication de matériel agricole m’a permis de voir les ravages de la surproduction dans tous les secteurs de l’agriculture avec la disparition petit à petit des petites exploitations au profit des grosses sociétés agroalimentaires et des promoteurs immobiliers. Au niveau industriel, la mondialisation a permis l’accélération des délocalisations dans les pays à bas coûts et à cause de cela, nous avons perdus tout notre savoir faire industriel qu’il faudra des décennies à retrouver. Cela a entrainé un chômage de masse, des dégâts dans les familles et la mise en place de nouveaux métiers avec des contrats très précaires et des salarié(e)s encore plus à la merci du patronat.
Mais après beaucoup de combats et malheureusement une pandémie mondiale, l’espoir est revenu et nous avons retrouvés les bienfaits du naturel et du local avec le bio, l’agriculture résonnée et l’arrêt des pesticides. Avec ces produits naturels, bien meilleurs pour notre santé, nous avons retrouvés le goût des produits d’antan. Coté industriel, nous devons tout miser sur la formation professionnelle et l’apprentissage afin de retrouver notre puissance industrielle perdue et entreprendre une relocalisation de nos entreprises parties très loin de notre pays. Ceci afin de retrouver notre indépendance industrielle et éviter d’avoir notre industrie bloquée par un virus parti de Chine ou un porte-containeurs bloquant le canal de Suez !
Nous avons vu avec cette pandémie que tout miser sur le tourisme de masse n’était plus possible et notre région en n’a été la première touchée, cet hiver avec la fermeture de toutes les remontés mécanique dans les stations de sports d’hiver. Nous avons une très belle région et très touristique mais nous devons évoluer et changer le tourisme de masse du siècle dernier pour un tourisme moderne, plus culturel, plus familiale, plus proche des habitants et de la nature.
Enfin mon militantisme syndical à la CGT et mon militantisme politique au PCF complètent mon implication auprès des plus vulnérables, surtout après cette terrible crise sanitaire et renforcent mes convictions à gauche. La perspective d’un avenir difficile m’impose de m’engager pleinement afin de ne pas subir les choix des autres et vivre avec des regrets.
ENSEMBLE, remettons l’HUMAIN et la PLANETE au centre des enjeux

58 ans, bellevillois depuis toujours, habite et travaille à Belleville. Très impliqué dans la vie associative Bellevilloise depuis plus de 30 ans, conseiller municipal d’opposition et conseiller communautaire depuis l’an dernier, élu sur une liste de rassemblement de gauche dont j’étais la tête de liste.
Mes 38 ans de vie active dans le secteur de la fabrication de matériel agricole m’a permis de voir les ravages de la surproduction dans tous les secteurs de l’agriculture avec la disparition petit à petit des petites exploitations au profit des grosses sociétés agroalimentaires et des promoteurs immobiliers. Au niveau industriel, la mondialisation a permis l’accélération des délocalisations dans les pays à bas coûts et à cause de cela, nous avons perdus tout notre savoir faire industriel qu’il faudra des décennies à retrouver. Cela a entrainé un chômage de masse, des dégâts dans les familles et la mise en place de nouveaux métiers avec des contrats très précaires et des salarié(e)s encore plus à la merci du patronat.
Mais après beaucoup de combats et malheureusement une pandémie mondiale, l’espoir est revenu et nous avons retrouvés les bienfaits du naturel et du local avec le bio, l’agriculture résonnée et l’arrêt des pesticides. Avec ces produits naturels, bien meilleurs pour notre santé, nous avons retrouvés le goût des produits d’antan. Coté industriel, nous devons tout miser sur la formation professionnelle et l’apprentissage afin de retrouver notre puissance industrielle perdue et entreprendre une relocalisation de nos entreprises parties très loin de notre pays. Ceci afin de retrouver notre indépendance industrielle et éviter d’avoir notre industrie bloquée par un virus parti de Chine ou un porte-containeurs bloquant le canal de Suez !
Nous avons vu avec cette pandémie que tout miser sur le tourisme de masse n’était plus possible et notre région en n’a été la première touchée, cet hiver avec la fermeture de toutes les remontés mécanique dans les stations de sports d’hiver. Nous avons une très belle région et très touristique mais nous devons évoluer et changer le tourisme de masse du siècle dernier pour un tourisme moderne, plus culturel, plus familiale, plus proche des habitants et de la nature.
Enfin mon militantisme syndical à la CGT et mon militantisme politique au PCF complètent mon implication auprès des plus vulnérables, surtout après cette terrible crise sanitaire et renforcent mes convictions à gauche. La perspective d’un avenir difficile m’impose de m’engager pleinement afin de ne pas subir les choix des autres et vivre avec des regrets.
ENSEMBLE, remettons l’HUMAIN et la PLANETE au centre des enjeux
Jacqueline Lédée
La France insoumise

Jacqueline Lédée

Luc Denurra
Parti communiste

Luc Denurra

Pierre brochier
La France insoumise

Pierre Brochier

Je suis né dans les Terres Froides de l’Isère, au pied de la Chartreuse, il y a presque 75 ans.
J’ai passé ma vie d’instituteur de l’Éducation Nationale à militer pour permettre aux enfants qui avaient des difficultés d’apprentissage de les surmonter ; dans la seconde partie de ma carrière j’ai participé à la création des Ateliers de Pédagogie Personnalisée, conséquence directe du plan de Marcel Rigout ministre de 81 à 84, au service des jeunes sans qualification, puis des demandeurs d’emploi et des salariés d’entreprises. En toute fin de carrière j’ai participé à un programme de coopération auprès du ministère de l’Éducation du Laos.

Je suis né dans les Terres Froides de l’Isère, au pied de la Chartreuse, il y a presque 75 ans.
J’ai passé ma vie d’instituteur de l’Éducation Nationale à militer pour permettre aux enfants qui avaient des difficultés d’apprentissage de les surmonter ; dans la seconde partie de ma carrière j’ai participé à la création des Ateliers de Pédagogie Personnalisée, conséquence directe du plan de Marcel Rigout ministre de 81 à 84, au service des jeunes sans qualification, puis des demandeurs d’emploi et des salariés d’entreprises. En toute fin de carrière j’ai participé à un programme de coopération auprès du ministère de l’Éducation du Laos.
Parallèlement à ma vie professionnelle, j’ai milité syndicalement, ainsi que dans des fédérations d’Éducation Populaire locales et départementales ; au cours de ma retraite, j’ai participé à la vie de la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE) et j’ai été président de la fédération du Rhône et de la Métropole. Je suis toujours bénévole à la médiathèque de mon village où je co-anime un atelier « remue-méninges » pour nos anciens ; je participe activement à un collectif pour la réouverture de la ligne ferroviaire de la Brévenne. Je me suis également engagé politiquement à La France Insoumise.
Toute ma vie a été tournée vers l’éducation et la formation ; le rôle de la Région y est fondamental pour ce que je considère comme à la fois un conservatoire de mémoire des savoirs et des savoir-faire et un investissement pour l’avenir de l’humanité. L’évolution de la surexploitation des ressources planétaires pour des profits colossaux rarement partagés, m’a aussi ouvert les yeux, moi, vieux « boomer », sur l’urgence d’une planification écologique ; là aussi la Région a un rôle fondamental à jouer avec l’organisation des transports collectifs et en particulier avec le ferroviaire.
Armand Creus
Ensemble

Armand Creus

Ancien conseiller régional Rhône-Alpes
Je suis candidat car je pense que reconduire la majorité sortante de Wauquier serait aggraver la situation des habitant.e.s les plus fragilisé.e.s de notre Région. Parmi eux et elles il y a les demandeurs d'asile, les exilé.e.s , et notamment les migrants "sans papiers" . Ceux-ci depuis plus d'un an, avec le soutien de centaines d'associations et d'organisations ont conduit une « Marche des Solidarités » et montré le vrai visage des migrant.e.s qui tentent d'atteindre l'Europe très difficilement, parfois au prix de leur vie, pour fuir la misère, les discriminations, les guerres. Ces parcours migratoires sont aussi les effets du réchauffement climatique. Parfois ils fuient la terreur de Daesch, d'Al Qaïda dans leur propre pays et dont ils sont les premières victimes.
Loin d'être des « terroristes », ils contribuent de manière invisible, au quotidien, à la bonne marche de notre pays et à sa richesse en exerçant des métiers dits « en tension » : métiers du nettoiement, de l'aide à la personne, de la santé, chantiers du bâtiment, industrie, restauration... Ce sont eux et elles qui subissent de plein fouet, en 2ème voire en 1ère ligne, les effets de la pandémie du COVID 19 et ce sont eux et elles que l'on enferme dans des conditions sanitaires et humaines indignes dans les CRA.

Ancien conseiller régional Rhône-Alpes
Je suis candidat car je pense que reconduire la majorité sortante de Wauquier serait aggraver la situation des habitant.e.s les plus fragilisé.e.s de notre Région. Parmi eux et elles il y a les demandeurs d'asile, les exilé.e.s , et notamment les migrants "sans papiers" . Ceux-ci depuis plus d'un an, avec le soutien de centaines d'associations et d'organisations ont conduit une « Marche des Solidarités » et montré le vrai visage des migrant.e.s qui tentent d'atteindre l'Europe très difficilement, parfois au prix de leur vie, pour fuir la misère, les discriminations, les guerres. Ces parcours migratoires sont aussi les effets du réchauffement climatique. Parfois ils fuient la terreur de Daesch, d'Al Qaïda dans leur propre pays et dont ils sont les premières victimes.
Loin d'être des « terroristes », ils contribuent de manière invisible, au quotidien, à la bonne marche de notre pays et à sa richesse en exerçant des métiers dits « en tension » : métiers du nettoiement, de l'aide à la personne, de la santé, chantiers du bâtiment, industrie, restauration... Ce sont eux et elles qui subissent de plein fouet, en 2ème voire en 1ère ligne, les effets de la pandémie du COVID 19 et ce sont eux et elles que l'on enferme dans des conditions sanitaires et humaines indignes dans les CRA.
La Marche des Solidarités a sillonné la France et les villes de notre Région (Grenoble, Lyon...) à l'automne dernier et c'est par milliers et à visage découvert que les sans papiers se sont retrouvés lors de la manifestation de clôture le 18 décembre à Paris. Manu a refusé de les recevoir et les grands médias ont fait le choix « d'invisibiliser » cette marche, mais leurs revendications demeurent d'actualité :
- Moyens mis à disposition pour respecter les mesures sanitaires, se protéger et lutter contre la pandémie : gel, masques, vaccination…
- Fermeture des CRA
- Droit à un hébergement et à un logement dignes et permettant le respect des mesures de lutte contre la pandémie
- Régularisations massives des sans papiers à travers la délivrance de titres de séjours pérennes.
Une grande Région comme AURA dirigée par une majorité de gauche et écologiste pourrait comme l'a fait la Métropole de Lyon adhérer à l'Anvita ( l'Association des Villes et Territoires Accueillants) et œuvrer en ce sens.
C'est pourquoi, après mûre réflexion dans la continuité de mes valeurs, de mes engagements actuels et de mes responsabilités dans la lutte contre les discriminations lorsque j'étais Conseiller régional Front de Gauche Rhône-Alpes lors du mandat 2010-2015, j'apporte mon soutien à la liste conduite par Cécile Cukierman.
Fanny Ternon
Parti Communiste

Fanny Ternon

28 ans
Salarié de l’énergie, élue et militante syndicale, militante au Parti Communiste Français.
Titulaire d’un BTS d’assistante de gestion obtenu en alternance en 2013, je suis sensible aux questions de formations et aux difficultés pour les jeunes qui choisissent ces parcours (précarité, exploitation à outrance, etc…).
Je milite politiquement et syndicalement pour l’émancipation de toutes et tous, pour un monde plus juste permettant à chacun de vivre dignement, sans peur du lendemain. Mon engagement à récemment pris une nouvelle dimension, jeune maman, le besoin d’une société plus juste s’est accru.
En tant que jeune maman, je veux que ma fille puisse s’épanouir et s’émanciper et cela passe par une éducation de qualité, et la région a matière à intervenir sur cette question notamment au travers du fonctionnement des lycées d’enseignement général et des lycées et établissements d’enseignement agricole.
C’est pourquoi aujourd’hui, je me lance dans cette campagne pour que nous, les femmes, puissions être entendues, et traitées à égalité et respect dans tous les domaines de nos vies et que notre région change pour devenir un territoire où l’humain sera au cœur des réflexions et des actions des politiques menées par nos élus.

28 ans
Salarié de l’énergie, élue et militante syndicale, militante au Parti Communiste Français.
Titulaire d’un BTS d’assistante de gestion obtenu en alternance en 2013, je suis sensible aux questions de formations et aux difficultés pour les jeunes qui choisissent ces parcours (précarité, exploitation à outrance, etc…).
Je milite politiquement et syndicalement pour l’émancipation de toutes et tous, pour un monde plus juste permettant à chacun de vivre dignement, sans peur du lendemain. Mon engagement à récemment pris une nouvelle dimension, jeune maman, le besoin d’une société plus juste s’est accru.
En tant que jeune maman, je veux que ma fille puisse s’épanouir et s’émanciper et cela passe par une éducation de qualité, et la région a matière à intervenir sur cette question notamment au travers du fonctionnement des lycées d’enseignement général et des lycées et établissements d’enseignement agricole.
C’est pourquoi aujourd’hui, je me lance dans cette campagne pour que nous, les femmes, puissions être entendues, et traitées à égalité et respect dans tous les domaines de nos vies et que notre région change pour devenir un territoire où l’humain sera au cœur des réflexions et des actions des politiques menées par nos élus.
La France insoumise

Catherine Velickovic

Militante CGT, humaniste, internationaliste et animaliste ;
Engagée pour construire et porter le programme « l’Avenir en commun »
Appelez-moi Catherine.
Notre programme commun pour les régionales revêt les couleurs de la France intelligente et Insoumise. J’espère pouvoir contribuer à en porter les valeurs.
Construire l’avenir est mon métier : je suis Architecte éco-responsable.
Réparer les dégâts du Capitalisme brutal dans le monde du travail est un challenge sans fin. Je siège à la Médecine du travail et conseille les salariés, en 1ère ligne COVID.
Les mains dans la terre des jardins ouvriers des bords de Saône depuis 20 ans, je m’évertue de les protéger contre la galopante poussée immobilière. Ces havres : les jardins partagés, rentrent dans mon ADN.
Notre Région c’est la mienne. Je m’y suis ancrée, un jour, pour ne plus en partir.
Née à Casablanca, d’un couple mixte Yougoslave -pays disparu- j’ai appris à lire et écrire sur les bancs d’Ecoles africaines, subsahariennes, en Asie du Sud Est, aussi et passé mon Bac dans les Hautes Alpes.
Notre Région, ancrée à GAUCHE, c’est mon combat.
Mes compétences, mon humanisme sont à l’œuvre.
Vous pouvez compter sur moi.

Militante CGT, humaniste, internationaliste et animaliste ;
Engagée pour construire et porter le programme « l’Avenir en commun »
Appelez-moi Catherine.
Notre programme commun pour les régionales revêt les couleurs de la France intelligente et Insoumise. J’espère pouvoir contribuer à en porter les valeurs.
Construire l’avenir est mon métier : je suis Architecte éco-responsable.
Réparer les dégâts du Capitalisme brutal dans le monde du travail est un challenge sans fin. Je siège à la Médecine du travail et conseille les salariés, en 1ère ligne COVID.
Les mains dans la terre des jardins ouvriers des bords de Saône depuis 20 ans, je m’évertue de les protéger contre la galopante poussée immobilière. Ces havres : les jardins partagés, rentrent dans mon ADN.
Notre Région c’est la mienne. Je m’y suis ancrée, un jour, pour ne plus en partir.
Née à Casablanca, d’un couple mixte Yougoslave -pays disparu- j’ai appris à lire et écrire sur les bancs d’Ecoles africaines, subsahariennes, en Asie du Sud Est, aussi et passé mon Bac dans les Hautes Alpes.
Notre Région, ancrée à GAUCHE, c’est mon combat.
Mes compétences, mon humanisme sont à l’œuvre.
Vous pouvez compter sur moi.

1 • ABABSA  Farouk 2 • GUITARD  Aline 3 • ROUX  Benoît 4 • DORDAIN Maud 5 • NOTO  Fabrice 6 • TORTONESE Michèle 7 • BELLOT  Eric 8 • SANCHEZ  Mireille 9 • PIGNEROL Pablo 10 • CHARNAY  Christiane 11 • DUMOULIN  Guillaume 12 • LEBARON  Laure 13 • LAHOUSSINE Brice 14 • BRIKH  Sophia 15 • KREFA  Behaa 16 • PUTOUD  Gisèle 17 • PRISSETTE  Julien 18 • FORESTIER  Véronique 19 • DOS SANTOS  François 20 • CELDRAN  Annie 21 • RADIX  Cyril 22 • VELLA  Stéphanie 23 • BROQUET  Jean-Louis 24 • KARA  Emilie 25 • DALLE  Warren 26 • COTTEN  Helene 27 • BUTOT Eric 28 • MATHIAS  Leïla 29 • GALOP  Mickaël 30 • BOURGEAT  Danièle 31 • MILLET  Pierre-Alain 32 • PLICHON  Isabelle 33 • AMGHAR Julien 34 • BETEND  Muriel 35 • THEVIN  Armand 36 • OUASMI  Souad 37 • DEBU  Raphaël

FAROUK ABABSA
La France insoumise

Farouk Ababsa

Militant associatif sur le quartier des Minguettes--Vénissieux depuis 1988, président de deux associations qui ont pour objets, le sport (judo) et la mémoire des migrations.
Je travaille au Bureau Information Jeunesse de la ville de Vénissieux depuis 25 ans, délégué syndical CGT au sein de la section animation ville de Vénissieux.
En 2010 j’ai obtenu un titre professionnel auprès de l’AFPA formateur pour adultes.
En 2012 je me suis inscrit au CNAM de Lyon en licence SHS animation et gestion de la formation pour adultes.

J’ai choisi de me présenter à l’élection régionale du 20 et 27 juin 2021 en Auvergne Rhône-Alpes, car il me semble que dans un contexte de crise sanitaire et une politique d’austérité pour les classes laborieuses et une politique clientélistes du président de région sortant, et à marche forcée des transformations de nos institutions républicaines, il devient particulièrement important de s’investir dans cette instance régionale.

Les dernières lois de décentralisation donnent à la région de plus en plus de pouvoir dans les domaines de l’économie, l’industrie, la formation professionnelle et l’apprentissage.

Les raisons qui me poussent à me porter candidat pour les régionales sont ;
La connaissance des territoires et des populations dans les quartiers populaires, les besoins et les attentes des publics en termes de formation et apprentissage des jeunes, et des adultes, aide aux associations dans ces territoires pour un véritable accompagnement des publics en difficultés.
Mes compétences sont la connaissance de l’architecture de l’organisation d’une des compétences phare de la région « la formation professionnelle » la déclinaison dans les départements (ZTEF, CTEF).
Si je suis élu je pourrais me mettre en disponibilité pour répondre aux missions du mandat, parce que j’ai le statut de fonctionnaire.
Professionnellement je suis très investi dans le domaine de l’orientation, de la formation des jeunes dans les quartiers populaires, j’ai la prétention de croire que je pourrai apporter les diverses expériences accumulées depuis plus de vingt-cinq ans, en tant que travailleur social, et dirigeant, au sein d’associations sportives, culturelles, et solidaires sur le quartier des Minguettes-Vénissieux.
Par ma candidature je serai le représentant des citoyens qui s’éloignent jour après jour de la chose public, je donnerai une nouvelle impulsion pour orienter les politiques régionales, qui font défaut aujourd’hui dans nos quartiers populaires.

Maud Dordain
La France insoumise

Maud Dordain

28 ans, militante pour la France insoumise. Je me suis engagée pour défendre un changement de modèle économique et sociétal. Je suis très impliquée sur les questions liées aux injustices sociales, à la jeunesse, à l’éducation populaire et à la culture. Des maraudes alimentaires à la recherche de solutions politiques, je milite largement pour que chacun ait une existence dans l’espace public.

Initialement j’ai fait une école de commerce. En travaillant dans les secteurs de la finance et du marketing, j’ai constaté un manque de vision long terme, et une pensée dominante individualiste.

A la Région, je souhaite replacer des valeurs humaines au centre des débats et orientations économiques choisies. Pour moi, cela passe à la fois par le poids que l’on donne aux citoyens dans les décisions qui les concernent, et par le soutien apporté au tissu associatif et économique local.

Je veux aussi réaffirmer l’importance du service public pour la gestion de notre énergie, de nos ressources en eau, de nos transports, de l’éducation. Ce sont des communs qui ne doivent pas être laissés à l’appréciation d’une concurrence privée.

28 ans, militante pour la France insoumise. Je me suis engagée pour défendre un changement de modèle économique et sociétal. Je suis très impliquée sur les questions liées aux injustices sociales, à la jeunesse, à l’éducation populaire et à la culture. Des maraudes alimentaires à la recherche de solutions politiques, je milite largement pour que chacun ait une existence dans l’espace public.

Initialement j’ai fait une école de commerce. En travaillant dans les secteurs de la finance et du marketing, j’ai constaté un manque de vision long terme, et une pensée dominante individualiste.

A la Région, je souhaite replacer des valeurs humaines au centre des débats et orientations économiques choisies. Pour moi, cela passe à la fois par le poids que l’on donne aux citoyens dans les décisions qui les concernent, et par le soutien apporté au tissu associatif et économique local.

Je veux aussi réaffirmer l’importance du service public pour la gestion de notre énergie, de nos ressources en eau, de nos transports, de l’éducation. Ce sont des communs qui ne doivent pas être laissés à l’appréciation d’une concurrence privée.

Annie Celdran
La France insoumise

Annie Celdran

59 ans
Citoyenne, pré-retraitée.
Pourquoi suis-je sur cette liste ?
On peut dire que je dois ma conscience politique à mon père. Nous sommes « de gôche » dans la famille.
J’ai longtemps voté par défaut (vote utile, vote futile) et je suis restée à bonne distance des partis. Puis, je suis devenue Insoumise en 2016 : mon premier engagement militant, comme une évidence.
L’humain d’abord, la transition écologique, la démocratie participative, la protection de l’espace public, la justice sociale : voilà mon moteur.

59 ans
Citoyenne, pré-retraitée.
Pourquoi suis-je sur cette liste ?
On peut dire que je dois ma conscience politique à mon père. Nous sommes « de gôche » dans la famille.
J’ai longtemps voté par défaut (vote utile, vote futile) et je suis restée à bonne distance des partis. Puis, je suis devenue Insoumise en 2016 : mon premier engagement militant, comme une évidence.
L’humain d’abord, la transition écologique, la démocratie participative, la protection de l’espace public, la justice sociale : voilà mon moteur.
BENOIT ROUX
Parti Communiste

Benoit Roux

40 ans, membre du Parti Communiste depuis maintenant 18 ans attaché à l’intérêt général, c’est la lutte pour la justice sociale qui m’a donné envie de militer. Aujourd’hui, agent de la fonction publique territoriale dans une Médiathèque municipale, je défends l’idée que tout n’est pas marchandable, notamment la culture qui doit être accessible à tous.
Ancien responsable syndical pour les Assistants d’Education (Aed) et Assistants de Vie Scolaire (AVS), je milite aujourd’hui syndicalement dans ma collectivité.

40 ans, membre du Parti Communiste depuis maintenant 18 ans attaché à l’intérêt général, c’est la lutte pour la justice sociale qui m’a donné envie de militer. Aujourd’hui, agent de la fonction publique territoriale dans une Médiathèque municipale, je défends l’idée que tout n’est pas marchandable, notamment la culture qui doit être accessible à tous.
Ancien responsable syndical pour les Assistants d’Education (Aed) et Assistants de Vie Scolaire (AVS), je milite aujourd’hui syndicalement dans ma collectivité.
Warren Dalle
La France insoumise

Warren Dalle

Militant associatif depuis mes 15 ans puis organisateur au sein du mouvement des Gilets Jaunes pendant deux ans, Je me suis engagé auprès de la France Insoumise afin de porter au mieux les valeurs de solidarité et de partage au travers d'une politique cohérente, celle que nous appliquerons avec notre programme pour la Région.

Aujourd'hui âgé de 25 ans et étudiant en double Licence Droit et Science Politique, j'ai pu acquérir de nombreuses connaissances et compétences afin d'envisager une vision globale pour notre région.

Au Conseil de la Région, je souhaite réintégrer de véritables valeurs démocratiques et humaines aux débats ainsi qu'une réelle politique sociale et écologique qui ne peuvent s'appliquer séparément.

Il est primordial que la Région cesse d'abandonner sans cesse le monde rural et ses habitants, un lien doit être renoué et renforcé, cela passe par une défense de nos services publics qui garantissent une réelle équité à nos concitoyens. Changeons les mentalités pour un monde plus juste Ensemble pour notre Région !

Militant associatif depuis mes 15 ans puis organisateur au sein du mouvement des Gilets Jaunes pendant deux ans, Je me suis engagé auprès de la France Insoumise afin de porter au mieux les valeurs de solidarité et de partage au travers d'une politique cohérente, celle que nous appliquerons avec notre programme pour la Région.

Aujourd'hui âgé de 25 ans et étudiant en double Licence Droit et Science Politique, j'ai pu acquérir de nombreuses connaissances et compétences afin d'envisager une vision globale pour notre région.

Au Conseil de la Région, je souhaite réintégrer de véritables valeurs démocratiques et humaines aux débats ainsi qu'une réelle politique sociale et écologique qui ne peuvent s'appliquer séparément.

Il est primordial que la Région cesse d'abandonner sans cesse le monde rural et ses habitants, un lien doit être renoué et renforcé, cela passe par une défense de nos services publics qui garantissent une réelle équité à nos concitoyens. Changeons les mentalités pour un monde plus juste Ensemble pour notre Région !

Aline Guitard
Parti Communiste

Aline Guitard

49 ans, militante communiste depuis l'âge de 15ans.
C'est la lutte pour l'égalité, via le combat pour la libération de Nelson Mandela et la fin de l'apartheid, qui m'a amenée au militantisme en 1987.
Depuis, dans mon quartier comme dans mon travail, je n'ai jamais arrêté de vouloir changer les choses au nom de l'égalité.
Enseignante en Rep+ depuis 1997, je suis aujourd'hui coordinatrice d'un atelier relais au service d'élèves en décrochage scolaire et par ailleurs élue à l'urbanisme de mon arrondissement où l'essentiel de mon travail se concentre sur l'accès au logement pour tous et donc à la promotion du logement social.
Le service public, ce bien de ceux qui n'en ont pas, est une boussole essentielle à mes yeux : il me donne le cap dans mon travail, comme dans mon militantisme, parce qu'il est le garant de l'égalité et de l'équité. C'est pour lui que je m'engage aujourd'hui pour notre région !

49 ans, militante communiste depuis l'âge de 15ans.
C'est la lutte pour l'égalité, via le combat pour la libération de Nelson Mandela et la fin de l'apartheid, qui m'a amenée au militantisme en 1987.
Depuis, dans mon quartier comme dans mon travail, je n'ai jamais arrêté de vouloir changer les choses au nom de l'égalité.
Enseignante en Rep+ depuis 1997, je suis aujourd'hui coordinatrice d'un atelier relais au service d'élèves en décrochage scolaire et par ailleurs élue à l'urbanisme de mon arrondissement où l'essentiel de mon travail se concentre sur l'accès au logement pour tous et donc à la promotion du logement social.
Le service public, ce bien de ceux qui n'en ont pas, est une boussole essentielle à mes yeux : il me donne le cap dans mon travail, comme dans mon militantisme, parce qu'il est le garant de l'égalité et de l'équité. C'est pour lui que je m'engage aujourd'hui pour notre région !
Mickael Galop
La France insoumise

Mickael Galop

34 ans. J'ai rejoins LFI lors des présidentielles 2017, séduit notamment par les propositions de refonte de nos institutions (6ème république). Je suis consultant technique en informatique, sur Lyon, et j'habite Villeurbanne.

34 ans. J'ai rejoins LFI lors des présidentielles 2017, séduit notamment par les propositions de refonte de nos institutions (6ème république). Je suis consultant technique en informatique, sur Lyon, et j'habite Villeurbanne.

1 • ROMAGGI  Magali 2 • ROBERT  Jean-Philippe 3 • BERNEX  Mireille 4 • ECHENE Clément 5 • DUVAL  Anne-Valérie 6 • MONTBROUSSOUS Olivier 7 • TOULERON  Sylvie 8 • CAPOGNE  Patrick 9 • ROBIN Salomé 10 • DECAESTECKER  Benoit 11 • CHAZAL  Eliane 12 • BESSON    Benjamin 13 • NAIM CHRISTIN Isabelle 14 • FRIERA   Alix 15 • BARKET  Malika 16 • DRAPS  Maxime 17 • BOSSE  Michèle 18 • DOUCET   Alain 19 • VUILLAUME  Claudine 20 • SESSA   Mickaël 21 • BERARD  Elodie 22 • DE VILLA  Michel

Magali Romaggi
La France insoumise

Magali Romaggi

Originaire de Lyon, où j’ai fait mes études, je vis et travaille à Annecy depuis huit ans. Je suis enseignante de lettres classiques. Mes engagements syndicaux et politiques s’enracinent dans la ferme conviction qu’il nous est possible d’œuvrer pour le bien commun.

Enseignante et syndiquée, je désire améliorer les conditions de travail des personnels ainsi que les conditions d’apprentissage des élèves, en particulier dans les lycées de notre région.

Par ailleurs, ce n’est que dans le libre accès à l’enseignement supérieur que peut résider le socle de l’égalité républicaine pour l’émancipation du citoyen. C’est pourquoi il est primordial de ne pas céder au chant des sirènes du privé (entre autres, l’université catholique d’Annecy nouvellement ouverte en cette rentrée 2020 ou encore l’IDEX à Lyon).

Enfin, il est inconcevable que l’activité touristique se fasse au détriment de l’écologie. Il est nécessaire d’entreprendre une réflexion de fond sur ce sujet et d’apporter des solutions pérennes pour une région aussi attractive que la nôtre.

Engagée à la France Insoumise avant la présidentielle, j’ai été candidate aux législatives en 2017 dans la 2ème circonscription de Haute-Savoie. Je continue de mener le combat à Annecy en tant que co-animatrice d’un groupe d’actions. Pour notre campagne des régionales, j’aurai à cœur de rassembler autour des valeurs fondatrices d’un avenir en commun que sont l’écologie, la démocratie et la solidarité.

Sylvie Touleron
Ensemble !

Sylvie Touleron

Retraitée, 65 ans
Militante syndicale et associative
Les mesures qui lui tiennent à coeur: "Réhabiliter et développer les services publics et s'opposer aux privatisations"

Retraitée, 65 ans
Militante syndicale et associative
Les mesures qui lui tiennent à coeur: "Réhabiliter et développer les services publics et s'opposer aux privatisations"
Claudine Vuillaume

Claudine Vuillaume

J'ai 64 ans, je suis retraitée des hôpitaux du Léman à Thonon où j'ai fait toute ma carrière en tant qu'aide-soignante. Militante syndicale, j'ai vu les conditions de travail des soignants et les conditions d'hospitalisation des patients se dégrader au gré des réformes libérales et des politiques d'austérité. Mon engagement sur cette liste est motivé par ses propositions concrètes pour la défense de l'accès aux soins et le développement de la formation des personnels de santé dont l'hôpital public a tant besoin.

J'ai 64 ans, je suis retraitée des hôpitaux du Léman à Thonon où j'ai fait toute ma carrière en tant qu'aide-soignante. Militante syndicale, j'ai vu les conditions de travail des soignants et les conditions d'hospitalisation des patients se dégrader au gré des réformes libérales et des politiques d'austérité. Mon engagement sur cette liste est motivé par ses propositions concrètes pour la défense de l'accès aux soins et le développement de la formation des personnels de santé dont l'hôpital public a tant besoin.
Jean-Philippe Robert
Parti communiste

Jean-Philippe Robert

66ans
Retraité après 35 ans au service jardin de la ville d'Evian. Membre du pcf .
L'engagement syndical et politique a toujours été pour moi une nécessité . Si nous voulons un monde où l'Homme et la Planète prenne toute leur place face au monde de la finance, il nous faut être présent sur le terrain et dans l'organisation politique de nos territoires.
L'histoire n'avance, et n'avancera socialement que si la gauche de combat est aussi présente dans les institutions (commune, département, région, état).

66ans
Retraité après 35 ans au service jardin de la ville d'Evian. Membre du pcf .
L'engagement syndical et politique a toujours été pour moi une nécessité . Si nous voulons un monde où l'Homme et la Planète prenne toute leur place face au monde de la finance, il nous faut être présent sur le terrain et dans l'organisation politique de nos territoires.
L'histoire n'avance, et n'avancera socialement que si la gauche de combat est aussi présente dans les institutions (commune, département, région, état).
Alain Doucet
Parti communiste

Alain Doucet

64 ans
Marié, Père de deux enfants
Fonctionnaire, Elu municipal à Saint jean de Tholome, militant Syndical et aux responsabilités, membre du PCF. Engagé, à l’écoute et conscient des enjeux environnementaux et sociétaux qui préoccupent nos concitoyens et les générations futures ; ce sont ces valeurs et les raisons de ma candidature à cette élection régionale de 2021.

64 ans
Marié, Père de deux enfants
Fonctionnaire, Elu municipal à Saint jean de Tholome, militant Syndical et aux responsabilités, membre du PCF. Engagé, à l’écoute et conscient des enjeux environnementaux et sociétaux qui préoccupent nos concitoyens et les générations futures ; ce sont ces valeurs et les raisons de ma candidature à cette élection régionale de 2021.
Mireille Bernex

Mireille Bernex

Je suis retraitée (cadre) de la Fonction Publique
Je ne peux pas choisir une mesure du programme qui me tienne le plus à coeur car TOUTES me tiennent à coeur.
Je dirais donc de moi que je suis une citoyenne engagée dans la société depuis toujours, pour plus de justice sociale, pour la fin des inégalités indécentes que l'on constate actuellement et de plus en plus, pour une réelle égalité Femmes/Hommes dans tous les secteurs de la vie, pour un retour à la démocratie car nous nous en éloignons de plus en plus, et le tout sur une terre qu'il faut conserver vivable pour nous et surtout pour les générations futures.

Je suis retraitée (cadre) de la Fonction Publique
Je ne peux pas choisir une mesure du programme qui me tienne le plus à coeur car TOUTES me tiennent à coeur.
Je dirais donc de moi que je suis une citoyenne engagée dans la société depuis toujours, pour plus de justice sociale, pour la fin des inégalités indécentes que l'on constate actuellement et de plus en plus, pour une réelle égalité Femmes/Hommes dans tous les secteurs de la vie, pour un retour à la démocratie car nous nous en éloignons de plus en plus, et le tout sur une terre qu'il faut conserver vivable pour nous et surtout pour les générations futures.
Michèle Bosse
La France insoumise

Michèle Bosse

Retraitée
Engagée pour la cause féministe et militante à la France Insoumise. Elle souhaite que les décisions politiques prennent enfin en compte les urgences sociales, climatiques et démocratiques.

Retraitée
Engagée pour la cause féministe et militante à la France Insoumise. Elle souhaite que les décisions politiques prennent enfin en compte les urgences sociales, climatiques et démocratiques.

1 • MARCHE  Emilie 2 • AMARD  Gabriel 3 • BREFORT  Françoise 4 • HOURS Eric 5 • YASSIA  Sonia 6 • EL HADRAOUI Toufik 7 • FINAS FILLON  Nicole 8 • JACQUET  William 9 • DIEULOT Elisa 10 • SALVAYRE  Aimery 11 • GRAU  Gaëlle 12 • LUGLI  Renaud 13 • JEANNIN Anaëlle 14 • AILLOUD  Julien 15 • CORBIER  Sophie 16 • BOUSSARD  Alain 17 • THIEULENT  Myriam 18 • PISIOS  Xavier 19 • CHABANE  Nadjia 20 • HAMIDI  Yacine 21 • LUPOI  Mélanie 22 • VASSARD  Adrien 23 • HERMITTE  Angélique 24 • COHARD Roger 25 • MAHROUG  Aïda 26 • BEDIAT  Patrick 27 • BENSELLA Lynda 28 • SEYER  Patrick 29 • RICHOL  Joëlle 30 • ROSSI  Robinson 31 • GREVERIE  Catherine 32 • BOURGIER  Bernard 33 • MARTIN  Elisa 34 • VIBERT  Emeric

Emilie Marche
La France insoumise

Emilie Marche

35 ans - Grenoble
A 35 ans, Emilie Marche est l’unique élue insoumise de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Militante au Parti de Gauche depuis 2012 où elle est secrétaire nationale, elle est actuellement co-animatrice du livret «Transports» de la France insoumise.

Intérimaire dans le secteur bancaire au moment de son élection, elle est impliquée dans les mouvements sociaux, particulièrement auprès des salariés de l’industrie frappés par des plans sociaux. On l’a tout d’abord vu soutenir les salariés d’Ecopla, en Isère, avec François Ruffin. Début 2021, elle a fortement accompagné l’appel des TUI, et est venue soutenir la lutte des Luxfer près de Clermont-Ferrand.

C’est auprès des salariés de General Electric que son implication est la plus reconnue, d’abord à Grenoble puis à Villeurbanne. Sans parler des multiples implications dans les luttes ferroviaires comme la sauvegarde de la ligne Grenoble Gap, des étudiants ou encore de «Nuit Debout».

Elue de terrain reconnue, Emilie Marche est candidate à un second mandat pour continuer à accompagner celles et ceux qui luttent dans leurs combats. Pour que viennent les jours heureux et le goût du bonheur !
«Je ne pense pas qu'un combat pour une cause devrait signifier le renoncement à la vie et à la joie.» Emma Goldman

Gabriel Amard
La France insoumise

Gabriel Amard

Il est directeur du formateur des Collectivités depuis 2007. Marié 3 enfants.
Originaire par sa famille maternelle du Dauphiné (Lyon et Vertrieu), il fut d’abord plus jeune maire de France en 1995 à Viry-Châtillon en Essonne. Il a consacré ces 25 dernières années à l’éducation populaire politique et à la transmission des savoirs et des expériences dans l’exercice de ses mandats électifs ou en tant que formateur.

Cofondateur du parti de gauche, de la gauche par l’exemple puis de la France insoumise il n’aura de cesse de privilégier le combat associatif et politique en faveur d’une gestion publique, écologique et citoyenne de l’eau. En tant que président d’agglomération, il animera un processus de gestion publique en sortant la gestion de l’eau des griffes de la multinationale Veolia. Il est aujourd’hui co-président d’une association nationale d’usagers de l’eau. Dans son travail comme dans ses engagements bénévoles il privilégie l’éducation populaire politique, la coopération. Transformer la colère des dégoûtés de la politique en paroles légitimes est son maître mot. Faire émerger des solutions par l’intelligence collective pour construire, décider et évaluer les politiques publiques est sa méthode.

Petit-fils de la présidente-fondatrice de la société Dante Alighieri à Lyon, il parle Italien couramment et parmi ses nombreux essais et ouvrages sur l’eau et les lobbys, ses travaux sur Les lobbys à Bruxelles ont été édités en France et en Italie. Il est aussi à titre bénévole directeur de la publication du journal de l’insoumission et co-animateur de l’Espace élus et contre-pouvoirs de la France insoumise. Il milite pour la redistribution des impôts par des droits inconditionnels et la gratuité des services publics.

Gabriel Amard dirige la Revue des collectivités et le formateur des collectivités, association de formation des élus locaux présidée par Tony Bernard maire de Châteldon ( Puy-de-Dôme ).

Faire de la région, une région exemplaire en matière d’économie sociale et solidaire, en terme d’accès aux services publics de proximité, de relocalisation de l’activité en prenant en compte le dérèglement climatique et l’indispensable sauvegarde de la biodiversité sont ses priorités.

1 • CRENN Olivier 2 • BAYOUD-TORRES Marie-José 3 • VICENTE Mattéo 4 • LAFARGE Annie 5 • CORNAND Jean-Jacques 6 • BRIAND Maria 7 • CHKERI Karim 8 • LACHERET Hélène 9 • GIANNINI Benjamin 10 • SAMAH Yasmina 11 • DIB Samir 12 • ROSE Samantha 13 • LEVACHER Jimmy 14 • BOUVET Cathie 15 • SCHNEIDERLIN Karl

Olivier Crenn
La France insoumise

Olivier Crenn

41 ans.
Militant engagé depuis plus de vingt ans auprès des exilés que l'on nomme migrants, mais aussi pour la préservation de l'environnement comme par exemple à Roybon contre le projet Center Parcs ou dans l'organisation des marches climat à Valence, je suis également membre des Faucheurs Volontaires d'OGM, coordinateur nationale de la campagne glyphosate.

Ancien DJ et organisateur de rave party dans les années 90/2000, je suis coordinateur de projets associatifs, culturels et humanitaires.
Militant engagé depuis plus de vingt ans auprès des exilés que l'on nomme migrants, mais aussi pour la préservation de l'environnement comme par exemple à Roybon contre le projet Center Parcs ou dans l'organisation des marches climat à Valence, je suis également membre des Faucheurs Volontaires d'OGM, coordinateur nationale de la campagne glyphosate.

Avant de m'engager dans la bataille idéologique électorale, je tenais avec ma femme avec qui nous élevons nos deux enfants, une ferme associative mêlant expérimentation en permaculture et agro-écologie fermée suite à des violences militantes nous contraignant à fermer boutique et à être placés sous protection de la gendarmerie.
Je suis fier aujourd'hui de la confiance qui m'est accordée.

Marie-Jo Bayoud-Torres
Parti communiste

Marie-Jo Bayoud-Torres

62 ans, 4 enfants, 2 petits enfants, retraitée de la fonction publique territoriale, membre du PCF, conseillère municipale d’opposition à Portes-lès-Valence.
Face à L.Wauquiez, nous devons bâtir une politique audacieuse et innovante. Cela passe par un rejet clair de la politique du gouvernement actuel et de celles et ceux qui en sont les relais dans nos collectivités locales. C’est tout le sens de mon engagement sur la liste ENSEMBLE POUR NOTRE RÉGION conduite par ma camarade Cécile Cukierman. C’est une fierté pour moi d’être la cheffe de file communiste dans la Drôme.

62 ans, 4 enfants, 2 petits enfants, retraitée de la fonction publique territoriale, membre du PCF, conseillère municipale d’opposition à Portes-lès-Valence.
Face à L.Wauquiez, nous devons bâtir une politique audacieuse et innovante. Cela passe par un rejet clair de la politique du gouvernement actuel et de celles et ceux qui en sont les relais dans nos collectivités locales. C’est tout le sens de mon engagement sur la liste ENSEMBLE POUR NOTRE RÉGION conduite par ma camarade Cécile Cukierman. C’est une fierté pour moi d’être la cheffe de file communiste dans la Drôme.
Matteo Vicente
Génération Climat

Matteo Vicente

19 ans - Drôme
Après avoir porté les marches pour le climat dans la Drôme, d’où je suis originaire, j’ai cofondé et préside aujourd’hui le jeune mouvement Génération climat issu des lycéen.ne.s et étudiant.e.s de la région voulant, qu’au-delà de la protestation, les luttes de la jeunesse et du climat aient une représentation politique. Je suis étudiant en licence de Sciences humaines appliquées à l’Université de Grenoble. Mon identité militante : la jeunesse, l’écologie et la cause animale.

Depuis 2014, je milite dans l’association L214, car il est devenu plus qu’une nécessité de revoir le lien que nous entretenons avec le monde animal non-humain. Il nous faut réduire notre consommation de viande et sortir de l’élevage intensif. Je porte la mise en place d’une alternative végétale dans les cantines de nos lycées, une demande grandissante des lycéen.ne.s qui souhaitent réduire leur consommation de viande pour l’écologie et les animaux.

Je lance, avec un collectif, une antenne de Youth for Climate à Valence en 2019 et ce sont des milliers de lycéen.ne.s et d’étudiant.e.s qui répondent à nos marches pour le climat. Je porte cette voix d’une jeunesse inquiète pour son avenir, demandant une bifurcation écologique d’urgence pour créer une société résiliente et décarbonée. Je souhaite enfin faire entendre le cri d’alarme des milliers d’étudiant.e.s de notre région, touchés de plein fouet par la crise sanitaire et de répondre que nous serons à leurs côtés.

En janvier 2020, je suis candidat aux élections municipales de Grenoble au sein de la liste transpartisane d’Eric Piolle.
-
« Ensemble pour notre région » avec Cécile Cukierman, c’est la liste de nos valeurs, celles du monde de demain.

Samantha Rose
Génération Climat

Samantha Rose

30 ans - Drôme
Animaliste, féministe, écologiste ou encore anti-panurgiste, j'essaie d'orienter mes décisions et actions au service d'un futur qui me semble souhaitable. Incarner au mieux nos valeurs et notre vision de la vie me paraît essentiel. Politiquement animaliste de prime abord, j'ai décidé de rejoindre Génération Climat, un jeune mouvement dont la vision aura selon moi un impact quotidien positif.

Valentinoise, issue d'un parcours professionnel orienté conduite du changement et intrapreneuriat, mon dernier poste de DRH ne m'a pas donné satisfaction et m'oriente désormais vers la régulation de dysfonctionnements organisationnels.

Animaliste, féministe, écologiste ou encore anti-panurgiste, j'essaie d'orienter mes décisions et actions au service d'un futur qui me semble souhaitable. Incarner au mieux nos valeurs et notre vision de la vie me paraît essentiel. Politiquement animaliste de prime abord, j'ai décidé de rejoindre Génération Climat, un jeune mouvement dont la vision aura selon moi un impact quotidien positif.

1 • TOUZY Carole 2 • BARBET CASSAGNE Enzo 3 • ROLLAND Marie-Thérèse 4 • GRANGE Olivier 5 • VOLPILHAC Véronique 6 • DASSONVILLE Pierre

CAROLE TOUZY
Parti Communiste

Carole Touzy

Mon engagement politique s’est construit au fil de rencontres et il fait suite à mon engagement syndical.

Je me présente aujourd’hui aux élections régionales auprès de Cécile Cukierman car le programme du PCF correspond aux idées que je défends depuis longtemps, telles que la solidarité et la lutte contre les injustices.

L’un des enjeux de cette élection qui me tient à coeur, pour mon département, le Cantal, département à dominance rurale, est le maintien des services publics de proximité.

Pour finir, je citerai Virginie Despentes : « le travail salarié est une condition de survie sociale, mais n’est garanti pour personne et surtout pas pour les femmes. ».

Je m’appelle Carole TOUZY, j’ai 47 ans et 2 enfants.
Après avoir eu un bac littéraire en 92, j’ai suivi 2 ans de formation à Toulouse au Lycée Ozenne pour obtenir un BTS assistante de direction.
J’ai ensuite enchaîné plusieurs emplois dans le secteur privé : quelques entreprises, dans le bâtiment notamment et dans des associations. Depuis 2005, je suis titulaire de la fonction publique territoriale.
J’occupe aujourd’hui un poste de responsable administrative auprès des services techniques dans une communauté d’agglomération.

Mon engagement politique s’est construit au fil de rencontres et il fait suite à mon engagement syndical.

Je me présente aujourd’hui aux élections régionales auprès de Cécile Cukierman car le programme du PCF correspond aux idées que je défends depuis longtemps, telles que la solidarité et la lutte contre les injustices.

L’un des enjeux de cette élection qui me tient à coeur, pour mon département, le Cantal, département à dominance rurale, est le maintien des services publics de proximité.

Pour finir, je citerai Virginie Despentes : « le travail salarié est une condition de survie sociale, mais n’est garanti pour personne et surtout pas pour les femmes. ».

1 • POINTET  Sébastien 2 • FALCETTA-GUTIERREZ  Nicole 3 • GSELL  Bernard 4 • GRANATA Christel 5 • VOLAT  Gérard 6 • ANDREYS Brigitte 7 • SCHOLL  Pierre 8 • BELLE  Clara 9 • CARDE Daniel 10 • NIVEAUX  Evelyne 11 • DUMAS  David 12 • CHIRON  Simone 13 • PENAROYAS Florian

SEBASTIEN POINTET
Parti Communiste

Sébastien Pointet

Né à Albertville et papa de trois enfants, Sébastien est ouvrier/fondeur depuis 20 ans aux aciéries Ugitech à Ugine. Il a commencé le militantisme syndical en 2010 avec la CGT pour défendre ses convictions et ses valeurs dans le maintien et l’acquisition de droits sociaux pour tous les salariés.

Né à Albertville et papa de trois enfants, Sébastien est ouvrier/fondeur depuis 20 ans aux aciéries Ugitech à Ugine. Il a commencé le militantisme syndical en 2010 avec la CGT pour défendre ses convictions et ses valeurs dans le maintien et l’acquisition de droits sociaux pour tous les salariés.

Parallèlement, il s’est engagé dans l’accueil, l’hébergement et l’intégration de familles en attente de droits sur le territoire français. Il est depuis 2015 membre de l’Union des Travailleurs de la Métallurgie et a intégré le bureau de l’exécutif PCF Savoie en 2018.

Son engagement en politique est fondé sur des convictions fortes de partage de valeurs communes et de lutte des classes. Il est convaincu que tous les citoyens et citoyennes ont un rôle à jouer et que l’engagement politique est nécessaire pour ne pas laisser la gestion de notre région aux seules mains de la droite et du rassemblement national. Il souhaite se battre pour des idées émancipatrices et proposer une autre politique axée sur le social, la culture…. Il sait que le mieux vivre ensemble est possible dans notre belle région.

Les défis sont nombreux : mobilité, préservation du savoir-faire industriel, environnement…mais nous avons une région magnifique avec une large diversité économique. Les citoyens doivent pouvoir bénéficier de toutes les richesses que leur offre leur territoire.

1 • DUGUA Vincent 2 • BOISSONNET dite ESTEL Véronique 3 • GOULOUZELLE Christophe 4 • CHAUSSY Sarah 5 • LAFORCE André 6 • GALTE  Sophie 7 • PIVIER Cédric 8 • SANCHEZ dite GAILLARD SANCHEZ Luisa 9 • OUBANNA Amar 10 • FOURGOUX Pascale 11 • GRANVAUD Raphael

Vincent Dugua
Parti Communiste

Vincent Dugua

47 ans - Saint-Agrève
Très attaché à tous les services publics, je me battrais pour leur présence sur tous les territoires et continuerais la lutte pour un transport ferroviaire public de voyageurs en Ardèche.

Je suis conducteur de train à la SNCF depuis 1998, et conducteur de TGV depuis 2018. En tant que militant à la CGT je suis particulièrement sensible aux luttes syndicales et aux conditions de travail des salariés. J’ai un mandat de conseiller prud’homme depuis 2008 et je suis formateur national des conseillers prud’hommes CGT.

1 • CUKIERMAN  Cécile 2 • PAEMELAERE  Bernard 3 • GRANDO  Bernadette 4 • MARCHAND Didier 5 • LABOURE Isabelle 6 • VALENTIN Alain 7 • OLIVE  Marie-Paule 8 • DURON  Florian 9 • DESSEL BOULHOL Marcelle 10 • RENAUDOT  Laurent 11 • SANCHEZ  Nicole 12 • PARANDON  Alban 13 • DUMAS Marie-Pascale 14 • TAVERNIER  Gilles 15 • TAURINYA  Andrée 16 • OLIVIER  François 17 • PICHON  Dao 18 • DOLIK  Bruno 19 • MONTET  Carmen 20 • PERRET  Hervé 21 • COSTE  Cristel 22 • BONY  Vincent

Cécile Cukierman
Parti Communiste

Cécile Cukierman

45 ans - Unieux
Née le 26 avril 1976, Cécile Cukierman est mariée et mère de 3 enfants.
Elle participe dès le lycée à l’organisation des mouvements lycéens notamment contre le CIP « smic jeune » que le gouvernement Balladur retirera.

A l’automne 95, arrivée à l’université, Cécile Cukierman participe activement au mouvement étudiant puis au large mouvement contre la loi Juppé. Elle décide alors d’adhérer à l’UNEF.

Membre du bureau national, elle rejoint le Secrétariat national de l’UNEF de 1998 à 2000. Représentante des étudiants au CNESER, Cécile Cukierman anime, en parallèle, le secteur élections du syndicat, se déplaçant sur de nombreuses universités. Elle adhère ensuite au Parti Communiste Français.

Née le 26 avril 1976, Cécile Cukierman est mariée et mère de 3 enfants.
Elle participe dès le lycée à l’organisation des mouvements lycéens notamment contre le CIP « smic jeune » que le gouvernement Balladur retirera.

A l’automne 95, arrivée à l’université, Cécile Cukierman participe activement au mouvement étudiant puis au large mouvement contre la loi Juppé. Elle décide alors d’adhérer à l’UNEF.

Membre du bureau national, elle rejoint le Secrétariat national de l’UNEF de 1998 à 2000. Représentante des étudiants au CNESER, Cécile Cukierman anime, en parallèle, le secteur élections du syndicat, se déplaçant sur de nombreuses universités. Elle adhère ensuite au Parti Communiste Français.
Cécile Cukierman obtient en 2000 une maîtrise en histoire médiévale byzantine puis le CAPES en 2001. Elle enseigne alors l’histoire géographie au collège jusqu’en 2011, à Saint Chamond puis à Roche-la-Molière, dans le département de la Loire.
Toujours engagée, en 2004, Cécile Cukierman devient Conseillère Régionale Rhône Alpes. Elle est membre du groupe communiste et présidente de la commission économie-emploi. Elle s’investit à la demande du Président de région sur les politiques de montagne au sein des instances du comité de Massif Central.
En 2008, on lui propose d’être candidate aux élections municipales dans sa commune, Unieux. Elue adjointe au maire, elle est en charge de la démocratie participative. A ce titre, elle met en place les conseils de quartier.
En 2010, réélue, elle entre à l’exécutif régional avec une délégation spéciale à l’égalité femmes/hommes auprès du Président. Elle adhère au groupe Front de Gauche.
En 2011, elle quitte le conseil municipal, après avoir été élue Sénatrice de la Loire. Au Sénat, elle rejoint le groupe Communiste Républicain et Citoyen. Cécile Cukierman est alors la plus jeune de la « Haute Assemblée ».
En 2015, elle est tête de liste pour les élections régionales Auvergne-Rhône-Alpes de décembre 2015. Sa liste remporte 7 sièges au sein du conseil de cette toute nouvelle région. Elle devient présidente du groupe communiste à la région.
En 2017, réélue sénatrice de le Loire, elle devient vice présidente de la commission des Lois.
En 2021, Cécile Cukierman est désignée tête de liste pour mener la campagne des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes aux côtés des candidats issus de Génération climat, Ensemble ! la France Insoumise et du Parti communiste.